Une escale infernale à Ottawa

Des passagers confinés à leur avion pendant 12 heures à Ottawa, rapporte Karine Bastien.

Près de 300 passagers d'Air Cubana sont demeurés coincés pendant 12 heures dans leur avion à l'aéroport d'Ottawa dans la nuit de samedi à dimanche.

Près de 300 passagers d'Air Cubana, qui se sont posés à Ottawa plutôt qu'à Montréal en raison du mauvais temps, sont demeurés coincés pendant 12 heures dans leur avion à l'aéroport d'Ottawa.

Deux avions de cette compagnie aérienne devaient atterrir à Montréal, mais en raison du mauvais temps, ils ont été redirigés vers la capitale. Air Cubana affirme que l'aéroport n'a pas voulu les recevoir, ce que nient les autorités aériennes de la capitale nationale.

Le personnel de bord des deux avions, en provenance de Cuba, a demandé aux passagers d'êtres patients, affirmant qu'ils pourraient éventuellement décoller pour se rendre à Montréal.

« Nous, on se sentait comme des otages dans l'avion. On nous gardait enfermés là, c'est inconcevable », soutient Roger Cardinal, un passager. « On avait de la difficulté à respirer dans l'avion, alors on a demandé de l'aide », ajoute Sylvie Riendeau, une autre passagère.

Un passager contacte le 911

Après 12 heures d'attente, un passager a décidé de contacter les autorités. « Il y a une première personne qui a appelé le 911 de la Ville d'Ottawa, c'est un de mes élèves. Il lui a expliqué notre situation, parce que là on était rendus, depuis plusieurs heures, on n'avait plus d'eau, nous n'avions plus de nourriture, les toilettes bouchées [...]. Ça devenait insalubre dans l'avion, il y avait des enfants, des personnes âgées », raconte Pierre Gaudreau, un des passagers.

Pierre Gaudreau a par la suite contacté la sécurité de l'aéroport et, quelques minutes plus tard, les passagers ont pu descendre. Des autobus ont par la suite ramené les passagers à Montréal.

L'aéroport d'Ottawa se dégage de toutes responsabilités dans cette affaire. « On avait des ponts qui les attendaient, j'avais deux ponts prêts. [...] Nous, on ne rentre pas dans le déchargement des avions, c'est fait par une ligne aérienne ou un sous-traitant. Et apparemment, eux autres n'en avaient pas », explique Paul Benoit, président et chef de la direction de l'aéroport d'Ottawa.

Air Cubana se défend en disant que l'aéroport d'Ottawa lui a refusé l'accès à ses installations.

En complément

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

Facebook