La mort au bout du robinet

Le 12 mai 2000, Walkerton est frappée par la pire épidémie à la bactérie E. coli de l'histoire du pays. Sept personnes meurent et la moitié des 5000 résidents tombent malades après avoir bu de l'eau contaminée.

Le drame a fait ressortir les failles du système de contrôle de l'eau potable et a éclaboussé au passage le gouvernement de l’époque. La tragédie a aussi jeté un éclairage sur le sort des Premières nations, dont l’eau est parmi "ce qu'il y a de pire en Ontario".

Après une décennie et des milliards de dollars d'investis, Radio-Canada mesure les progrès accomplis.




Dix ans plus tard, certains résidents craignent toujours l’eau du robinet.
La journaliste Claudine Brûlé a rencontré certains d’entre eux.

La tragédie de Walkerton a non seulement transformé cette petite ville paisible mais a apporté plusieurs changements à l’échelle de la province. Un reportage de la journaliste Claudine Brulé.
L’héritage de Walkerton

En date du 31 janvier, 39 communautés autochtones de l’Ontario vivaient sous un avis de faire bouillir l’eau. Le journaliste Yanik Dumont Baron s'est rendu chez les Algonquins de Pikwakanagan, à 150 km de la capitale nationale.
Les grands oubliés de Walkerton

Ottawa veut combler un vide juridique et cherche à garantir la qualité de l'eau potable sur les territoires des Premières nations. Cependant, le projet de loi fédéral suscite la grogne des autochtones partout au pays, et ce avant même d'avoir été présenté aux députés.
Un reportage de Yanik Dumont-Baron


Bruce Meness est natif de la réserve Pikwakanagan. Il y revient après plusieurs années d’absence. Il raconte son casse-tête quotidien en raison de la situation de l’eau.
Regardez

Le médecin autochtone Stanley Vollant craint pour l’avenir. La situation de l’eau sur les réserves est une bombe à retardement.
Regardez






Équipe
- Claudine Brulé, journaliste
- Yanik Dumont-Baron, journaliste
- Jonathan Lepaul, caméraman
- Mark Bradley, caméraman
- Pierre-Etienne Touchette, monteur
- Mark Zahab, monteur
- Adam Azimov, monteur
- Nicolas Asselin, Programmeur
- Martin Labbé, Designer
- Catherine-Amélie Meury, réalisatrice-associée
- Karen Pouliot, réalisatrice