Des macarons pour favoriser les services en français

Macaron « Je parle français ».  Photo :  Radio-Canada/Frédéric Pepin

Des organismes de Kingston se mobilisent pour améliorer l'offre de services en français dans la région. Des macarons arborant l'inscription « Je parle français » ont été remis à plusieurs entrepreneurs locaux pour développer l'offre active.

Un texte de Frédéric PepinTwitterCourriel

Le Réseau de soutien à l'immigration francophone de l'Est de l'Ontario (RSIFEO), en partenariat avec la base militaire de Kingston, organisait ce matin un déjeuner pour encourager des entrepreneurs et des employés de la Ville à porter le macaron. Le commissaire aux services en français, François Boileau, était le conférencier d'honneur de l'événement.

Pour Chantal Blanchette, du RSIFEO, le macaron est un début de solution.

« On espère [que le macaron] servira, entre autres, à entamer des discussions sur les opportunités économiques, sociales et culturelles que pourrait offrir une ville s'affichant comme bilingue. » — Chantal Blanchette, Réseau de soutien à l'immigration francophone de l'Est de l'Ontario

Mme Blanchette affirme que le macaron est aussi un outil simple pour favoriser l'offre active de services en français.

Une initiative née dans le Sud-Ouest

Le macaron est de plus en plus visible un peu partout en Ontario. C'est le RLISS d'Érié St-Clair qui l'a conçu en 2013 pour l'utiliser dans la région de Windsor.

« Au début, c'était pour les hôpitaux », souligne Marthe Dumont, du RLISS d'Érié St-Clair. « Maintenant, nous recevons des commandes d'un peu partout en province! »

Il est difficile de mesurer l'incidence de cet outil dans les entreprises et auprès des communautés francophones. « Une chose est certaine, les gens l'apprécient, ajoute Marthe Dumont. Quand on va quelque part, on le voit tout de suite et les gens aiment bien ça. »

Kingston et le français

Une vue sur la ville de Kingston Une vue sur la ville de Kingston  Photo :  Frédéric Pepin

En mai 2009, Kingston a été désignée en vertu de la Loi sur les services en français de l'Ontario. Tous les bureaux du gouvernement qui y sont situés ont depuis l'obligation d'offrir des services en français. Mais des lacunes persistent au sein de certaines entreprises et à l'Hôtel de Ville.

« Kingston cherche à s'améliorer, c'est une ville proactive », dit Chantal Blanchette.

Celle-ci mentionne cependant que l'embauche d'employés bilingues demeure difficile. Selon elle, il faut attirer de nouveaux arrivants bilingues et les convaincre de rester.

Si Kingston s'affiche comme étant accueillante et inclusive auprès de sa population francophone existante par un plus grand nombre d'affiches bilingues à travers la ville, elle pourra mieux servir cette population ainsi que les francophones qui désirent s'y installer, croit Chantal Blanchette.

Toute entreprise souhaitant montrer que ses employés parlent français peut contacter le RSIFEO pour obtenir des macarons.

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Dossiers et plus