Uber devrait être réglementé comme les taxis, selon les Canadiens

L'application pour téléphones intelligents d'Uber fait fureur à Toronto, notamment. L'application pour téléphones intelligents d'Uber fait fureur à Toronto, notamment.  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Une majorité de Canadiens sont en faveur d'Uber et de son service de covoiturage commercial, mais ils veulent que le géant américain soit mieux encadré, indique un sondage Angus Reid.

La question est un casse-tête pour les villes du pays, que ce soit Toronto, Montréal ou Vancouver, notamment parce que les chauffeurs d'UberX n'ont pas une assurance commerciale comme les chauffeurs de taxi.

Au cours des dernières semaines, des centaines de chauffeurs de taxi ont manifesté à Montréal et à Québec, notamment, pour protester contre ce qu'ils qualifient de traitement de faveur accordé à Uber par les autorités.

Plusieurs centaines de chauffeurs de taxi bloquent la circulation à l'aéroport Trudeau de Montréal. le 10 février, pour protester contre Uber. Plusieurs centaines de chauffeurs de taxi bloquent la circulation à l'aéroport Trudeau de Montréal. le 10 février, pour protester contre Uber.  Photo :  PC/Ryan Remiorz

À Toronto, une manifestation de chauffeurs de taxi qui devait perturber ce soir les festivités du match des étoiles de la NBA a été évitée de justesse.

Résulats du sondage :

  • 63 % des Canadiens pensent qu'Uber devrait être réglementé comme les taxis
  • 37 % des répondants croient, au contraire, qu'Uber devrait pouvoir poursuivre ses activités, sans réglementation additionnelle
  • 47 % des Canadiens ont une opinion favorable d'Uber, contre 30 % qui voient la compagnie d'un mauvais oeil
  • Le tiers des répondants sont « complètement » en faveur d'Uber dans leur ville; 40 % le sont « peut-être, selon les circonstances »
  • Deux fois plus de Québécois que la moyenne canadienne s'opposent à Uber
  • 57 % des répondants sont critiques du fait qu'Uber augmentent ses tarifs en période de fort achalandage

Le sondage a été mené en ligne du 27-31 janvier et les 10-11 février. Quelque 1500 personnes ont été sondées en ligne. Comme il s'agissait d'un panel de répondants, le sondage n'a pas de marge d'erreur spécifique.

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Dossiers et plus