Kathleen Wynne prête à braver la tempête

Kathleen Wynne en tête-à-tête

Exclusif - Moins d'une semaine avant de prendre officiellement les rênes de l'Ontario, la première ministre désignée, Kathleen Wynne, discute des défis qui l'attendent lors d'une entrevue en profondeur avec Radio-Canada.

Mme Wynne, qui sera assermentée lundi prochain en même temps que son Cabinet, admet que l'Ontario, qui est la province ayant le déficit le plus élevé au pays, a du pain sur la planche pour se sortir du rouge.

Elle précise qu'un budget équilibré sera son objectif. Kathleen Wynne ne veut pas parler d'austérité. Elle dit plutôt que la province devra « faire preuve de prudence », en ce qui a trait aux dépenses.

À l'instar de son prédecesseur, Dalton McGuinty, Mme Wynne ne veut pas seulement prendre des décisions qui seront populaires, mais de « bonnes décisions pour l'avenir de [ses] petits-enfants ». Ces décisions comprennent de nouveaux outils de financement, ce qui pourrait inclure le péage, pour le transport en commun.

Elle affirme également qu'elle n'a pas l'intention d'augmenter les impôts ou la taxe de vente harmonisée (TVH).

Par ailleurs, l'ancienne ministre de l'Éducation défend ses efforts visant à recoller les pots cassés avec les enseignants, malgré leur grève du zèle qui déplaît à de nombreux parents et élèves.

Des élections?

La nouvelle chef libérale devra en fait lutter pour sa survie politique dès la reprise des travaux à l'Assemblée législative, le 19 février, étant donné qu'elle dirige un gouvernement minoritaire. Elle devra jongler avec les demandes des partis d'opposition pour rester au pouvoir. Selon elle, « les Ontariens ne veulent pas d'élections », moins d'un an et demi après les dernières.

Mme Wynne, la première femme à diriger l'Ontario, tente, depuis son élection à la tête du Parti libéral le mois dernier, de se distinguer de son prédécesseur, Dalton McGuinty. Toutefois, les conservateurs ont déjà lancé des publicités négatives à son endroit, la décrivant comme « une autre libérale à la McGuinty que l'Ontario ne peut pas se payer ».

Dans le but de courtiser le vote des régions, où les conservateurs sont dominants, la députée torontoise a même promis de gérer elle-même le ministère de l'Agriculture et de former un comité de ministres du Nord de la province au sein de son gouvernement.

Qui est Kathleen Wynne?

  • Âgée de 59 ans, née à Richmond Hill
  • Mère de trois enfants et ouvertement lesbienne
  • Députée de la circonscription torontoise de Don-Valley-Ouest depuis 2003
  • Ancienne ministre des Affaires municipales et du Logement, des Transports et de l'Éducation
  • Ex-conseillère scolaire
  • Diplômée en médiation de l'Université Harvard

Ontario en direct Afficher le fil complet

    Facebook