Un bracelet intelligent pour grands événements

« Toute ma vie, j'ai organisé des concerts, j'ai travaillé dans le monde du divertissement. » Avec sa petite équipe d'ingénieurs et d'informaticiens, Serge Grimaux a mis au point une technologie qui facilite la gestion des foules et les transactions à l'occasion d'événements à grand déploiement. Il a créé Intellitix.  

Un texte de Vincent MaisonneuveTwitterCourriel

« Ça, c'est un grand souvenir, car c'est le premier bracelet », indique Serge Grimaux, nous montrant fièrement un exemplaire du bracelet que devaient porter les spectateurs lors du Festival d'été de Québec en juillet 2010. Une petite révolution dans le monde des grands événements.

« C'est notre premier grand déploiement dans le monde. » Pour accéder au site, les festivaliers devaient se procurer un bracelet muni d'une puce. Une fois le bracelet bien attaché au poignet, il suffisait de passer la main devant un capteur pour entrer.

« Ça permet de lire environ 2500 personnes à l'heure, c'est 14 millisecondes pour lire la puce. On peut prendre cette clé non seulement pour contrôler l'accès général, mais également pour contrôler l'accès à des sous-zones, comme la zone VIP ou l'avant-scène. » — Serge Grimaux

Le succès de Québec vient rapidement aux oreilles des plus grands organisateurs d'événements. « On a reçu un appel d'un festival qui s'appelle Coachella [en Californie], qui est le plus gros festival aux États-Unis. D'ailleurs, tout le monde est à Coachella, tous les organisateurs de festivals du monde y vont. »

Bracelets intelligents lors de spectacles  Photo :  ICI Radio-Canada

En une fin de semaine, Intellitix décroche trois gros contrats. La technologie intéresse non seulement les festivals de musique, mais aussi les organisations sportives, comme la PGA et la Ligue des champions en Europe. « Le contrôle d'accès nous a permis de montrer qu'on avait quelque chose de robuste et à toute épreuve. »

Du contrôle de foule... au paiement sans argent

Serge Grimaux veut pousser la technologie un peu plus loin et faire bien plus que du contrôle de foule. « Le but premier que j'avais en tête, c'était de créer des environnements de paiement sans espèce », dit-il.

Début 2013, l'équipe teste un système de paiement sans argent. Au moment de l'acquisition du bracelet, les gens ont dorénavant la possibilité d'acheter des crédits. Sur le site, il suffit de glisser le bracelet devant le lecteur pour les dépenser. En 2013, 190 000 personnes ont utilisé ce système de paiement dans six événements. Un an plus tard, le nombre d'utilisateurs a bondi à 2 millions. « J'aimerais bien avoir le même taux de croissance cette année, mais ça m'étonnerait. »

Paiement électronique, sans argent  Photo :  ICI Radio-Canada

À Montréal, Michel Quintal organise l'Igloofest et les Piknic Électronik. Il a adopté la technologie pour les deux événements.

« Les transactions sont plus rapides. Il y a beaucoup moins de risque de se faire passer de faux billets. Juste sur le plan de la sécurité, une personne ne peut arriver et dire donne-moi l'argent; il n'y en a pas! » — Michel Quintal

Le système permet également aux organisateurs de suivre leurs inventaires en temps réel et de savoir quelles marchandises plaisent aux clients.

« On peut savoir que les femmes de plus de 25 ans vont consommer un produit plutôt qu'un autre », souligne Michel Quintal. « Ça nous permet d'ajuster notre offre et d'aller voir les commanditaires avec des chiffres qui sont réels. »

La technologie conçue il y a à peine quatre ans par Serge Grimaux est aujourd'hui présente au cours d'une quarantaine d'événements qui se tiennent dans une dizaine de pays.

Un bracelet intelligent pour grands événements : reportage de Vincent Maisonneuve

L'innovation 100 % québécoise; Une série du Téléjournal Grand Montréal

Info en continu