Nouvelle sortie de prison pour Valérie Poulin-Collins

Valérie Poulin-Collins à son arrivée à la Maison Carignan l'automne dernier Valérie Poulin-Collins à son arrivée à la Maison Carignan

Valérie Poulin-Collins, cette femme qui avait enlevé bébé Victoria au centre hospitalier régional de Trois-Rivières en mai 2014, sort de prison dimanche pour entamer une thérapie de trois mois au Pavillon de l'assuétude, à Shawinigan.

La jeune femme avait été libérée une première fois, l'automne dernier, après avoir passé 15 mois derrière les barreaux pour suivre une thérapie intensive à la Maison Carignan de Trois-Rivières pour un problème de consommation de médicaments. 

La direction l'avait expulsée quelques semaines plus tard à la fin octobre parce qu'elle n'avait pas respecté les règlements de l'établissement. Valérie Poulin-Collins qui bénéficiait d'une libération conditionnelle avait dû retourner en prison. Son avocate, Me Karine Bussière, affime que, cette fois-ci, Valérie Poulin-Collins a obtenu sa libération d'office puisqu'elle a purgé la totalité de sa peine. Elle pourrait tout de même devoir retrouner en détention si elle ne respectait pas les conditions de sa probation.

Sa cliente avait écopé, en octobre 2014, d'une peine de prison de deux ans moins un jour ainsi que d'une probation maximale de trois ans pour avoir enlevé le bébé. Elle avait plaidé coupable à tous les chefs d'accusation qui pesaient contre elle.

L'enlèvement du nouveau-né dans la chambre de sa mère au centre hospitalier par une femme déguisée en infirmière avait suscité l'émoi et la stupéfaction au Québec. Bébé Victoria avait été retrouvée trois heures après son enlèvement par un groupe de jeunes femmes qui s'étaient lancées à sa recherche à la suite de la diffusion d'une alerte Amber dans les médias et les réseaux sociaux.

Le centre hospitalier régional de Trois-Rivières s'est doté de bracelets électroniques pour les nouveau-nés à la suite de cet enlèvement.

Mauricie en direct Afficher le fil complet