La rectrice de l'UQTR quitte ses fonctions

La rectrice de l'UQTR, Nadia Ghazzali, quitte son poste

Branle-bas de combat à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). La rectrice Nadia Ghazzali quitte ses fonctions, a annoncé le ministre de l'Éducation, François Blais, en fin d'après-midi mercredi.

« La rectrice a été informée que je ne pouvais plus lui donner ma confiance », a mentionné le ministre au cours d'un point de presse. Il a poursuivi en indiquant qu'à la suite de leur conversation, la rectrice a annoncé qu'elle démissionnait.

« J'assume toutes les décisions que j'ai prises. Maintenant, c'est le temps de penser un peu à moi », a-t-elle déclaré à Radio-Canada.

« Le ministre Blais a pris une décision et je la respecte. C'est lui qui est mon boss », a-t-elle ajouté, affirmant être « très sereine ». « J'ai bien hâte de retrouver ma famille et d'avoir une vie normale. »

Un rapport accablant

La décision du ministre survenait quelques heures à peine après le dépôt du rapport de la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc.

Elle estime que l'UQTR n'a pas toujours respecté la réglementation et les saines pratiques de gestion lors de l'attribution de contrats dans les dossiers de la construction du campus de Drummondville et de celle du Centre de développement de l'excellence sportive.

« C'est un rapport critique par rapport à la gouvernance de la rectrice, je dirais même accablant. » — François Blais, ministre de l'Éducation
Yves Tousignant Yves Tousignant

Pendant son point de presse, François Blais a aussi mentionné le fait que le rapport avait révélé des lacunes concernant le travail du président du conseil d'administration, Yves Tousignant.

Ce dernier a aussi annoncé qu'il démissionnait de ses fonctions.

La gestion de la rectrice Nadia Ghazzali était au coeur de nombreuses controverses depuis son entrée en fonction en février 2012.

Mauricie en direct Afficher le fil complet