Consulter un psychologue à distance grâce à Internet

Le reportage de Marie-Pier Bouchard

De plus en plus de psychologues offrent des services à distance, que ce soit par courriel ou par Skype. Ces cyberthérapies seraient aussi efficaces qu'une rencontre en personne, selon les résultats préliminaires d'une étude à laquelle l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) participe.

Le psychologue Richard Lachance, spécialisé dans l'accompagnement d'athlètes de haut niveau, est un pionnier de l'« iConsultation », comme il l'appelle. Cela fait partie intégrante de sa pratique depuis les années 1990. Aujourd'hui, certains de ses clients sportifs ne communiquent avec lui que de façon virtuelle.

« C'est sûr que les gens qui sont en crise ou les gens qui sont désorganisés, ce n'est pas des outils pour eux autres, met-il en garde. Ou les gens qui ont de la difficulté avec la langue écrite, ça aussi, la correspondance par courriel, ce n'est pas indiqué pour eux. »

Ces nouvelles pratiques ont d'ailleurs poussé l'Ordre des psychologues du Québec à adopter dernièrement les normes de l'American Psychological Association pour encadrer la thérapie à distance. « Étant donné que le client et le professionnel ne sont pas dans la même pièce, si un patient ne va pas bien, il faut être très vigilant », explique Stéphane Beaulieu, secrétaire général de l'Ordre.

Du côté de l'UQTR, on est assez optimiste quant à l'utilisation des nouvelles technologies dans un contexte de thérapie. « Il n'y a pas de différence entre les deux conditions, soutient Frédéric Langlois, directeur du département de psychologie de l'UQTR. Les gens qui font le traitement en personne versus par visio vont avoir à peu près les mêmes bénéfices. »

Reste que les avis sont partagés, même chez les jeunes étudiants qui sont nés avec la technologie au bout des doigts. 

« Je suis plus du genre à prôner les relations en face à face. C'est ça, au fond, le contact humain. La synergologie de la personne, quand elle est devant toi, ça parle beaucoup. » — Florence Morin-Parent, étudiante en psychologie
« C'est plus facile d'être à distance, parce qu'il n'y a pas cette confrontation personne à personne. » — Maxime Infante, étudiant en psychologie

Tout le monde s'entend toutefois pour dire que la technologie permettra de rendre la psychologie plus accessible. S'il s'agit pour le moment d'une pratique émergente, le psychologue Richard Lachance est convaincu que ses collègues n'auront d'autre choix que de s'adapter rapidement.

« On parle de vidéoconférence, de mails, mais il va y en avoir d'autres. C'est exponentiel la technologie, l'informatique. Il va y avoir d'autres modes [ de communication ], on ne sait juste pas lesquels. On va devoir s'ajuster. Le train est là, là. Il passe là! »

Mauricie en direct Afficher le fil complet