La situation financière de la Ville de Trois-Rivières serait critique selon le Groupe des sept

Le reportage de Pierre Marceau

Le Groupe des sept a présenté vendredi une étude de l'École nationale d'administration publique qui conclut que la situation financière de la Ville de Trois-Rivières est critique.

L'étude se veut un portrait objectif des finances de la Ville de Trois-Rivières. Elle a été menée par le professeur Claude Beauregard à l'École nationale d'administration publique.

Le taux d'endettement de Trois-Rivières et son niveau de taxes seraient plus élevés que la moyenne québécoise des villes de 100 000 habitants et plus. Pour les conseillers du Groupe des sept qui ont commandé ce portait de l'état des finances publiques, c'est la confirmation de ce qu'ils dénoncent depuis des années. Pour le conseiller municipal André Noël, il est temps que la Ville adopte une politique financière et que le débat sur les finances publiques ait lieu.

Pour le maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, il ne faut pas se comparer avec les autres villes de la province parce que selon lui, les infrastructures ne sont pas au même niveau. Trois-Rivières devait selon lui rattraper le temps perdu avant les fusions. Il admet que la dette augmente, mais il fait remarquer que la valeur de la ville aussi.

Catherine Dufresne et Sylvie Tardif ne se sont pas présentées à la conférence de presse. Elles sont toutes deux pressenties pour se présenter à la mairie de Trois-Rivières. Même si elles font partie du groupe qui a commandé cette étude, elles ont choisi de ne pas participer à la conférence de presse pour éviter que l'attention des médias ne soit détournée sur la campagne électorale qui se dessine.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.