Bactérie C. difficile : douze nouveaux cas recensés au CHRTR

Les explications de Pierre-André Cloutier

Douze nouveaux cas nosocomiaux de C. difficile ont été dépistés entre le 5 et le 12 janvier au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR).

La direction de l'établissement a observé une transmission plus active du Clostridium difficile (C. difficile) au CHRTR. Par voie de communiqué, l'établissement a annoncé qu'il resserre les mesures de prévention et de contrôle des infections.

Le lavage des mains est obligatoire pour tous les visiteurs. Des agents de sécurité veillent à l'application de cette mesure particulière.

L'éclosion de grippe saisonnière dans les dernières semaines est un contexte propice à l'arrivée de la bactérie C. difficile. Dans un communiqué diffusé par le CSSS de Trois-Rivières, la Dre Lise-Andrée Galarneau, microbiologiste-infectiologue et officier en prévention et contrôle des infections au CSSS de Trois-Rivières explique : « En effet, en période d'activité grippale, il y a une augmentation de prise d'antibiotiques chez les patients qui présentent des complications, telle la pneumonie. La prise d'antibiotiques augmente les risques de souffrir d'une diarrhée associée à la bactérie C. difficile, car ceux-ci modifient la flore des bactéries au niveau intestinal. Ayant moins de bonnes bactéries, le C. difficile peut se multiplier et produire des toxines à l'origine d'une infection. »

L'établissement dressera un prochain bilan dans trois semaines.