Redevances de développement : le comité exécutif du maire Bowman dit oui au nouveau plan

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman Le maire de Winnipeg, Brian Bowman  Photo :  CBC/Bartley Kives

La garde rapprochée du maire Brian Bowman a adopté un plan amendé pour imposer des redevances de développement sur tout nouveau projet immobilier entrepris à Winnipeg, et ce, malgré la menace d'une poursuite judiciaire des développeurs et constructeurs de la capitale manitobaine.

Vendredi dernier, M. Bowman a exposé son nouveau plan pour imposer progressivement des redevances dans certaines zones de la ville sur une période de trois ans à partir du 1er mai.

Le nouveau plan présenté vendredi réduit de moitié le montant des frais proposés en septembre.  Ceux-ci sont désormais d'environ 50 $ par mètre carré de nouvel espace résidentiel.

Ce plan a été modifié de nouveau, mercredi, pour redessiner le tracé des zones où les redevances entreront en vigueur le 1er mai. Le nouveau règlement adopté par le conseil exécutif doit recevoir l'approbation des membres du conseil municipal avant d'entrer en vigueur. Le vote est prévu lors la prochaine réunion du conseil le 26 octobre.

Lors de la réunion du comité exécutif, des représentants de plusieurs promoteurs immobiliers et entrepreneurs en construction ont réitéré leur vive opposition au règlement. Selon eux, la Ville n'a pas consulté sur cette question et n'a fait aucun compromis.

Les parties prenantes n'ont toutefois pas réussi à infléchir l'opinion des conseillers du comité, qui ont voté 5 à 2 pour le projet.

« Apporter un changement positif n'est jamais facile, a avoué Brian Bowman. Et retarder ce processus pour le plaisir de le retarder ne m'intéresse pas. »

« Il y aura une application progressive du plan, c'est un processus prudent », a enchaîné le conseiller David Orlikow, président du Comité de propriété de la Ville. « Ça permettra aux gens d'exprimer leur point de vue. »

Pourtant, deux conseillers contestataires croient que le rythme d'élaboration de la politique a été trop rapide.

« Je trouve que c'est irresponsable. Le plan de redevances a été préparé précipitamment », a affirmé la conseillère de Saint-Norbert Janice Lukes, en ajoutant qu'il faudrait de huit mois à un an pour développer une bonne stratégie.

Pour sa part, le conseiller Jeff Browaty de North Kildonan trouve que le plan est basé sur des données « foncièrement viciées » d'un rapport préparé par la firme de consultation Hemson.

Manitoba en direct Afficher le fil complet