Intégrer la perspective autochtone au cursus de droit de l'Université du Manitoba

L'Université du Manitoba L'Université du Manitoba  Photo :  Radio-Canada

La faculté de droit de l'Université du Manitoba veut offrir au moins un cours obligatoire sur les questions autochtones. Une rencontre publique à ce sujet a lieu mardi sur le campus. Cette initiative découle d'une recommandation de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR).

« C'est la recommandation numéro 28, qui traite de l'obligation des écoles de droit d'offrir un ou des cours qui plongent l'étudiant dans l'histoire des peuples autochtones au Canada », explique Aimée Craft, professeure à l'Université du Manitoba et directrice de la recherche au Centre national de vérité et réconciliation.

Aimée Craft précise que le terme « histoire » ne se limite pas ici à la période des pensionnats autochtones. « La Commission dit : on doit aller plus loin, on doit sonder le terrain par rapport aux relations entre la Courrone et les peuples autochtones au Canada et voir les relations juridiques avec les traités et les droits ancestraux. »

« Le simple fait d'acheter une terre au Manitoba, de faire une transaction pour l'achat d'une maison, a une application avec les traités. Alors tout le monde devrait avoir une base de connaissances sur la relation avec les peuples autochtones au Canada. » — Aimé Craft, directrice de la recherche, Centre national de vérité et réconciliation
L'avocate franco-manitobaine Aimée Craft, directrice de la recherche pour le Centre de vérité et réconciliation L'avocate manitobaine Aimée Craft, en entrevue à Radio-Canada le 7 janvier 2013 à Winnipeg

La rencontre de mardi permettra de recevoir les commentaires de la communauté universitaire avant de concevoir un programme.

L'objectif ultime pour Aimée Craft est d'inscrire cet apprentissage dans tout le cursus scolaire, et non seulement d'avoir des cours consacrés uniquement aux questions autochtones. « Par exemple en droit pénal, on peut regarder des exemples de justice autochtones. [...] Ça n'a pas besoin d'être isolé à un contexte. »

La professeure espère voir des changements au curriculum dès la prochaine rentrée.

À écouter : l'entrevue de Martine Bordeleau avec Aimée Craft au 6 à 9 : 

Manitoba en direct Afficher le fil complet