Cour martiale : délibérations au procès de Paul Ravensdale pour homicide

L'adjudant à la retraite Paul Ravensdale marche sur la base militaire de Shilo au Manitoba le 28 janvier 2013, où il vient de plaider non coupable aux six accusations qui pèsent contre lui. L'adjudant à la retraite Paul Ravensdale a plaidé non coupable aux six accusations qui pèsent contre lui, en cour martiale à la base militaire de Shilo, le 28 jannvier dernier.  Photo :  Aadel Haleem

Les délibérations des cinq membres du jury militaire devraient débuter mardi au Manitoba, au procès en cour martiale de l'adjudant Paul Ravensdale. Ce dernier est l'un des militaires canadiens qui font face graves accusations relativement à un accident survenu lors d'un exercice de tir en 2010, en Afghanistan. L'accident avait fait un mort et quatre blessés.

Six chefs d'accusation ont été portés contre l'adjudant Ravensdale, maintenant à la retraite, dont un d'homicide involontaire.

Le caporal Joshua Baker, d'Edmonton, avait perdu la vie lors d'un entraînement de routine dans un champ de tir à environ quatre kilomètres de Kandahar. Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes a estimé que les procédures de sécurité habituelles n'avaient pas été respectées pendant cet exercice.

Le caporal Joshua Baker Le caporal Joshua Baker  Photo :  PC/Presse Canadienne

Lors des plaidoiries finales, lundi, le procureur de la cour martiale a soutenu que l'adjudant Ravensdale n'avait pas respecté les règles de sécurité en permettant à des soldats d'être présents sans protection adéquate dans une zone où se trouvaient des mines antipersonnel C-19. L'une d'elles a explosé, tuant le caporal Baker et blessant quatre autres militaires.

Pour sa part, l'avocat de l'adjudant Ravensdale, le Major Philippe-Luc Boutin, a rappelé que son client avait demandé à ses confrères de rester derrière des véhicules. Il a ajouté que les procédures appliquées par l'adjudant avaient été approuvées par ses supérieurs et que par conséquent, il avait agi correctement et ne devrait donc pas être reconnu coupable.

Deux autres officiers de l'armée ont été reconnus coupables en lien avec cet accident.