Le Manitoba traîne de l'arrière dans le financement des appareils auditifs

Dans cette image filmée en janvier 2013, on peut voir l'appareil auditif de Linda Pichette, une aînée manitobaine. L'appareil auditif de Linda Pichette lui a coûté 5000 $. D'autres appareils coûtent jusqu'à 8000 $.

La ministre de la Santé du Manitoba a déclaré qu'elle s'engageait à agir pour faciliter l'accès des aînés à un appareil auditif, après que l'équipe d'enquête du réseau anglais de Radio-Canada lui eut présenté les résultats d'un reportage sur le fort prix que doivent payer les Manitobains, comparativement aux autres Canadiens.

Actuellement, les personnes âgées qui ont besoin d'un appareil auditif doivent le payer elles-mêmes, à moins d'être bénéficiaires de l'aide sociale, d'une couverture du ministère des anciens Combattants du Canada ou de la Commission des accidents du travail.

Partout au pays, les provinces aident financièrement les aînés qui ont besoin d'un appareil, sauf au Manitoba et en Nouvelle-Écosse. Dans ces deux provinces, les aînés n'étant ni couverts par l'aide sociale, le fédéral, ou leurs commissions de travailleurs, doivent débourser des coûts pouvant aller dans les milliers de dollars.

Linda Pichette en témoigne. Pour cette dame, parler au téléphone est une épreuve chaque fois, car elle est pratiquement sourde. Quand elle a donné naissance à son fils, elle ne pouvait même pas l'entendre crier, raconte-t-elle. « J'avais l'impression d'échouer et de ne pas être à la hauteur », affirme Mme Pichette.

Aujourd'hui, elle utilise un appareil auditif, mais a dû y mettre le prix; l'appareil lui a coûté plus de 5000 $.

Cathy Cooke, de la section manitobaine de l'Association des malentendants canadiens, dénonce cette situation et croit « qu'il devrait définitivement y avoir une certaine couverture ».

L'équipe d'enquête de CBC a rencontré la ministre de la Santé, Theresa Oswald, avec ses résultats. Mme Oswald a promis que la situation allait changer.

« S'il y a des façons qu'une couverture soit offerte spécifiquement à des groupes comme les 65 ans et plus, ou d'autres groupes pour lesquels le Manitoba connaît un écart, cela fera partie de l'analyse que nous ferons dorénavant », a-t-elle déclaré.

« Je ne veux pas que quiconque au Manitoba, qui a besoin d'un appareil auditif, se sente lésé, en payant un prix qui diffère dans d'autres juridictions », a ajouté la ministre, précisant qu'elle cherchera des solutions à court et long terme.