Le syndicat des policiers de Winnipeg veut un examen opérationnel « canadien »

Le syndicat des policiers de Winnipeg veut un examen opérationnel « canadien »

Selon l'Association policière de Winnipeg (WPA), la sécurité publique est à risque si la Ville s'appuie sur les services d'une firme américaine pour mener l'examen de ses opérations.

Le président Mike Sutherland affirme qu'une entreprise de Houston embauchée par la Ville, Matrix Consulting Group, est connue pour avoir proposé de lourdes compressions aux postes de première ligne, lors d'examens opérationnels précédents.

« Nous ne prétendons pas être parfaits, mais je ne vois pas comment des compressions de cette ampleur peuvent être faites sans un impact significatif à la sécurité publique », a déclaré le syndicaliste, dont l'association représente plus de 1440 agents et plus de 420 employés civils.

M. Sutherland fait valoir que les politiques et les lois en vigueur à Winnipeg sont différentes de celles ayant cours dans les villes américaines. Il demande à la Ville de préférer à cette entreprise une firme canadienne, recommandée par le Conseil de la police.

La WPA a l'appui du conseiller municipal John Orlikow. Celui-ci souligne que le choix de la firme texane s'est fait sans consultation auprès du syndicat. Il souligne aussi que la firme n'a pas « d'expérience canadienne » et que le moment où survient l'examen n'est pas le bon. La WPA rappelle qu'un conseil de police doit bientôt être mis sur pied et que le nouveau chef de police, Devon Clunis, est entré en fonction depuis peu, en novembre.

Le budget opérationnel du Service de police de Winnipeg pour l'année 2012 représente 220 millions de dollars, tandis que son budget d'immobilisations a atteint 8,7 millions de dollars.

Selon la WPA, le conseiller municipal Scott Fielding a déclaré en réunion du comité exécutif mercredi dernier que le rapport que préparera le groupe Matrix pourrait conduire à des millions de dollars d'économies, ce qui laisse croire au syndicat que l'issue de l'examen est prédéterminée.

La Ville de Winnipeg a annoncé en août dernier le lancement de son appel d'offres, expliquant que l'examen opérationnel se pencherait sur tous les aspects du service, en mettant l'accent sur la recherche d'efficience et d'économies.

Il observera entre autres les heures supplémentaires, le système de gestion des appels et la gestion de la flotte de véhicules policiers. Il regardera également les opportunités de services partagés potentiels, ainsi que la qualité, la pertinence et la valeur globale des statistiques sur le crime publiées par la police.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

    Facebook