Idle No More : le mouvement suivi dans le Nord manitobain

Winston Hartie a recommencé à se nourrir mercredi après une grève de la faim de 31 jours. Winston Hartie a recommencé à se nourrir mercredi après une grève de la faim de 31 jours.

Depuis sa création en octobre dernier, le mouvement de contestation Idle No More continue de prendre de l'ampleur, jusque dans les communautés éloignées de la province où un aîné a également fait grève de la faim.

Dans la Nation crie Nisichawayasihk, située à 900 km au nord de Winnipeg, Winston Hartie a cessé de manger pendant 31 jours.

Cette marque de contestation lui a été inspirée par la chef Theresa Spence et motivée par ses valeurs. Vivant encore aujourd'hui de la chasse et de la terre, il veut protester contre le développement de l'exploitation des ressources naturelles.

Il entend protéger ses petits-enfants qui risquent d'en souffrir, selon lui. Dans sa communauté, beaucoup le soutiennent en raison de ses préoccupations environnementales, dont un groupe de femmes.

« Nous ne voulons pas le voir mourir pour la cause », affirme l'une d'elles, Jackie Spence.

Ces femmes l'ont convaincu mercredi soir de cesser son jeûne. En échange, chaque femme fera une journée de jeûne en son nom pour continuer le mouvement.

Si de nombreux membres de la communauté soutiennent Winston Hartie, leur chef, Jerry Primrose, lui ne donne pas son appui officiel.

Il préfère rester en retrait du mouvement et préserver de bonnes relations diplomatiques avec le gouvernement, en raison de la position dans laquelle il se trouve. La réserve a conclu un accord de partenariat pour un barrage électrique et un projet de réserve urbaine.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

    Facebook