Un style de vie à changer

Christianne Hacault rapporte qu'il existe des façon de réduire l'impact de cette maladie

Une maladie qui, il y a 60 ans, n'existait pas chez les Autochtones, fait maintenant des ravages. Le diabète touche cinq fois plus les membres des Premières Nations que le reste de la population.

C'est d'ailleurs le sujet d'une conférence qui rassemble plus de 600 personnes cette semaine à Winnipeg.

Cette rencontre permet de discuter du problème, mais aussi de partager des idées innovatrices pour le résoudre.

Le diabète de type II est lié à l'obésité et à l'inactivité physique. Il fait des ravages tant dans les régions éloignées que dans les milieux urbains.

Chez les femmes autochtones âgées de 55 ans et plus, 40 % souffrent de diabète; chez les hommes, le taux est de 25 %. La communauté médicale estime que les cas de diabète chez les Premières Nations vont tripler d'ici 20 ans!

Ce qui l'inquiète le plus, c'est de constater le nombre croissant d'enfants qui sont atteints de cette maladie qu'on ne retrouvait auparavant que chez les adultes.

Au Manitoba et dans le nord-ouest l'Ontario, 98 % des enfants qui souffrent du diabète de type II sont d'origine autochtone.

Le diabète de type II est lié à l'obésité et à l'inactivité physique. Il fait des ravages tant dans les régions éloignées que dans les milieux urbains.

Manitoba en direct Afficher le fil complet