Pénurie d'enseignants à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke

null  Photo :  Radio Canadá

Une pénurie de suppléants sévit à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke depuis le retour des Fêtes. La Commission scolaire peine à trouver des remplaçants, et est en pleine séance de recrutement.

Daniel Samson, directeur du service des ressources humaines, explique qu'une série de facteurs ont mené à cette situation.

« Chaque début d'année, on a des gens qui quittent en congé différé, ça, c'est prévu. On a aussi des congés qui sont prévus », souligne-t-il.

Toutefois, la situation a été aggravée par le fait que la CSRS a reçu une demande accrue de soutien aux professeurs de la part de plusieurs écoles. De nombreux enseignants ont été affectés à d'autres tâches.

Cette hausse de la demande a été causée par une décision de la CSRS, à l'automne dernier, de redistribuer certaines sommes d'aide aux enseignants de façon décentralisée, permettant ainsi aux écoles de faire leurs demandes personnalisées. Cette décision permettait de répondre aux besoins réels, et donc aux besoins des classes.

On n'est pas devant une pénurie d'enseigants, mais devant une situation qui a mis de la pression sur notre liste de suppléance.

« La demande a dépassé notre capacité à offrir », explique-t-il. Le nombre d'enseignants suppléants disponibles reste le même, mais plusieurs d'entre eux sont déjà occupés. Actuellement, la situation est critique, car il n'y a plus qu'une centaine de suppléants sur la liste de rappel.

En début d'année scolaire, la liste de suppléance comprend environ 400 personnes. Au fur et à mesure que l'année avance, cette liste se retrouve habituellement réduite à environ 250 personnes. Chaque jour, la CSRS doit remplacer entre 80 et 85 enseignants par jour, au primaire.

Daniel Samson souligne également que plusieurs activités de perfectionnement, prévues à l'automne, ont été déplacées à l'hiver et au printemps, en raison du contexte des négociations. Le report de ces activités a aussi augmenté la pression sur la liste de suppléance.

La crise devrait être évitée

Daniel Samson mentionne toutefois qu'il s'agit, d'une certaine façon, d'une bonne nouvelle. Une telle situation indique que plus d'enseignants travaillent, et que davantage d'élèves reçoivent un appui.

Il affirme que la situation semble se rétablir lentement, mais qu'en attendant, la CSRS doit « faire attention », même si elle écarte la possibilité d'être incapable de remplacer un enseignant absent.

Elle a notamment fait appel, de façon exceptionnelle, à certains enseignants retraités pour combler les besoins. Dans certains cas, elle peut faire appel à des membres de la direction ou affecter un enseignant à une classe dont il n'a habituellement pas la charge.

Estrie en direct Afficher le fil complet