Un père canadien de Magog incapable de faire reconnaître la citoyenneté de son bébé

Geneviève Proulx
Radio-Canada
Un père canadien de Magog incapable de faire reconnaître la citoyenneté de son bébé

Une famille de Magog se retrouve dans une situation difficile avec Immigration Canada. Leur enfant de deux ans n'a aucun statut et n'a donc aucun droit au Canada. Pourtant, le père est Canadien et la mère, originaire du Mexique, est résidente permanente du Canada.

Patrick Fortin et Lucero Rodriguez sont des parents inquiets. « On parle d'un enfant qui est au Québec depuis deux ans, qui n'a pas de statut, pas de carte d'assurance maladie. On est tout le temps dans une crainte que quelque chose arrive au petit, qu'il ait besoin d'être hospitalisé. Dans un tel cas, ce sera nous autres qui devrons absorber les coûts. », déplore M. Fortin.

John Nicolas est né le 11 octobre 2011 au Mexique. Alors qu'il est âgé de huit mois, ses parents sont venus vivre en Estrie. C'est au moment de quitter le Mexique que les choses se sont corsées. « C'est là que l'Ambassade m'a informé que le statut de mon fils n'était pas clair, qu'ils ne pouvaient pas lui délivrer un passeport. J'ai dû aller lui chercher un passeport mexicain et l'Ambassade canadienne lui a donné un visa d'entrée », explique le papa. 

En moins de deux heures, le visa était délivré. « Ça m'a donné l'impression qu'ils voulaient que le problème devienne celui de quelqu'un d'autre. »

Cas complexe

Le couple demeure convaincu que l'enfant devrait automatiquement avoir la citoyenneté canadienne. Immigration Canada n'est pas du même avis. Étant donné que John Nicolas est un enfant de deuxième génération né à l'étranger, la citoyenneté n'est pas automatique. « Ils disent que moi, je suis un Canadien de première génération né en dehors du pays. Je suis né en Allemagne, sur la base militaire canadienne de Lahr de parents canadiens. Mon père a servi les forces armées de 1981 à 1985 », explique M. Fortin. 

Depuis 2009, la deuxième génération qui naît à l'étranger n'a plus droit à la citoyenneté canadienne. Patrick Fortin affirme que l'Ambassade canadienne au Mexique l'a mal informé. « C'est le gouvernement canadien qui a envoyé mon père en Allemagne. Maintenant, on pénalise son petit-fils, mon enfant parce qu'il a servi en Allemagne. Honnêtement, je trouve ça aberrant », déplore-t-il. 

Selon la député du NPD et porte-parole en matière de citoyenneté et d'immigration, Lysanne Blanchette-Lamothe, non seulement cette situation est injuste, mais cette famille ne serait pas la seule à la vivre. 

La solution résiderait dans un projet de loi, déposé le 6 février dernier par les conservateurs, qui vise, entre autres, à corriger la situation des enfants et petits-enfants de militaires ou travailleurs de l'État qui sont nés à l'étranger. Le Conseil canadien des réfugiés croit que, malgré tout, d'autres cas ne seront pas réglés comme ceux de personnes qui sont nés à l'étranger par accident de parcours ou parce que leurs parents vivaient près de la frontière américaine.

Le visa du petit John Nicolas expirera en mai. Le couple entreprendra des démarches pour que leur fils obtienne un statut de résident permanent, ce qui peut prendre plus d'un an. 

D'après un reportage d'Annie Corriveau

Estrie en direct Afficher le fil complet

Facebook