Fumer de la marijuana à des fins thérapeutiques au CHUS bientôt possible?

Geneviève Proulx
Radio-Canada
Fumer de la marijuana à des fins thérapeutiques au CHUS bientôt possible?

Un patient atteint d'un cancer en phase terminale consomme de la marijuana à des fins médicales dans sa chambre du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke(CHUS). Souffrant d'un cancer du foie parvenu à un stade avancé, Charles Bury, qui a obtenu une prescprition de son médecin traitant, inhale cette drogue pour atténuer ses douleurs et son anxiété liées à la maladie.

Pour inhaler cette marijuana, M. Bury utilise un vaporisateur. « C'est de la vapeur, mais il n'y a aucun résidu de fumée dedans, aucun produit toxique n'est dégagé et il n'y a presque pas d'odeur. Tout le monde réagit positivement. Personne ne m'a fait de problème », explique-t-il.

Selon lui, consommer de la marijuana à des fins médicales dans l'enceinte de l'hôpital est un droit. « C'est un enjeu de société. Mon cas est une première étape. Je suis persuadé qu'une prochaine fois, on ne sera pas obligés de demander la permission. Ce n'est pas un enjeu politique, c'est un enjeu de santé. »

La direction du CHUS tolère la situation, mais l'ex-rédacteur en chef du quotidien sherbrookois The Record n'a pas eu d'autorisation formelle. Ce cas force d'ailleurs l'établissement à se pencher sur la question et à prendre position sur la consommation de marijuana thérapeutique dans ses murs. « Cette situation nouvelle nous amène à nous pencher sur la question pour l'avenir, car la marijuana n'est pas une substance autorisée au CHUS. Elle n'est pas inscrite sur la liste des produits autorisés pour prescription par les médecins. Il va falloir se positionner et demander l'avis de notre Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens », explique l'adjointe à la directrice des communications du CHUS, Sylvie Vallières.

Le médecin traitant de Charles Bury s'est fait demander de retirer sa prescription. « Oui, je l'ai prescrit sans vraiment penser aux conséquences vis-à-vis l'administration. C'était une entente entre le patient et moi. Je savais que ce ne serait pas la pharmacie de l'hôpital qui aurait à fournir la marijuana ou l'appareil. C'était surtout pour protéger les infirmières. Mais on voit que l'autorisation d'un seul médecin n'est pas suffisante dans un hôpital. Je trouve que c'est raisonnable dans le contexte où il n'y a pas de règlement à ce sujet. On n'enlèvera pas son appareil et il fera ce qu'il veut derrière sa porte de chambre », soutient le Dr Carl Bromwich, conseiller en soins palliatifs au CHUS. 

L'homme de 67 ans est hospitalisé au CHUS depuis près de trois mois. Il est en attente d'une place en soins palliatifs à la Maison Aube-Lumière de Sherbrooke. 

Estrie en direct Afficher le fil complet

    La Grande guignolée 2014

    Facebook