Deux employés meurent dans l'explosion de Neptune Technologies à Sherbrooke

Explosion chez Neptune Technologies : évacuation dans une garderie

Deux personnes ont perdu la vie et 19 autres ont été blessées dans l'explosion qui a eu lieu chez Neptune Technologies à Sherbrooke, jeudi après-midi.

Le corps de deux personnes ont été retrouvés sous les décombres en fin d'après-midi. Par ailleurs, une personne a, elle, été retrouvée, saine et sauve. Elle aurait trouvé refuge sous un bureau dans la portion administrative de l'usine.

Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) a indiqué que sept blessés avaient obtenu leur congé, six étaient toujours en observation à l'urgence, deux étaient traités à l'hôpital, dont un aux soins intensifs, et quatre autres ont été transférés au Centre des grands brûlés de l'Hôtel-Dieu de Montréal.

Les transferts ont été effectués par hélicoptère pour deux d'entre eux. Les deux autres ont été transportés par ambulance.

Au total, les deux urgences du CHUS ont traité 19 personnes en lien avec cette explosion.

Pour être transférées vers le Centre des grands brûlés de Montréal, les victimes doivent avoir été brûlées sur plus de 30 % du corps et doivent être atteintes aux voies respiratoires et au visage.

De l'acétone dans les décombres

Le site de l'explosion n'est toujours pas totalement sécurisé. Les pompiers, qui s'affairaient à démolir le reste du bâtiment ravagé par l'explosion et l'incendie, jeudi soir, ont découvert deux nouveaux réservoirs d'acétone qui pourraient présenter des risques.

Ces réservoirs pourraient encore contenir quelque 30 000 litres d'acétone, mais les versions divergent à ce propos. « Certains disent que les réservoirs sont vides. Par contre, on a une deuxième évaluation (selon lauqelle) il pourrait y avoir encore quelques dizaines de milliers de litres d'acétone dans le bâtiment, qui est sur le point de s'écrouler », explique le coordonnateur d'Urgence-Environnement pour l'Estrie et la Montérégie, Christian Blanchette.

Des pompiers s'affairent à sécuriser le site de l'explosion à l'usine Neptune Technologies. Des pompiers s'affairent à sécuriser le site de l'explosion à l'usine Neptune Technologies.  Photo :  PC/Graham Hughes

Les autorités tentent de dégager l'endroit où se trouvent les deux réservoirs à l'aide d'excavatrices. Une entreprise spécialisée procédera ensuite à la récupération de l'acétone s'il y a lieu.Par ailleurs, des enquêteurs du service de police de Sherbrooke, du service des incendies et de la CSST amorceront leur travail afin d'élucider les circonstances de l'accident.

Réaction de la direction de Neptune

La direction de Neptune Technologies a réagi jeudi, en début de soirée. Visiblement ébranlé par les événements, le chef des opérations, Michel Chartrand, a surtout voulu démontrer son soutien aux victimes et aux employés de l'entreprise. « Nous sommes sous le choc. Nous sommes abasourdis. Nos pensées vont aux personnes blessées. Les affaires sont secondaires. »

Un service de soutien psychologique, mis sur pied en collaboration avec la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), est offert aux employés.

M. Chartrand a assuré que la direction de Neptune allait collaborer avec les autorités dans le déroulement de l'enquête, mais il s'est refusé à tout commentaire sur les causes de cette explosion. « Tout ce qui nous préoccupe pour le moment, c'est la santé de nos employés. Nos prochaines actions seront concentrées sur eux », a-t-il répété.

Une ambulance arrive sur les lieux de l'explosion Une ambulance arrive sur les lieux de l'explosion

« Le CHUS a déployé les mesures d'urgence [code orange ou arrivée massive de patients] afin de faire face à la situation. Grâce à la mobilisation générale, tous les patients ont reçu les soins nécessaires dès leur arrivée », souligne le Dr Marc‐André Leclair, intensiviste et responsable de la traumatologie au CHUS. Tous les médecins de garde de l'hôpital ont été appelés en renfort.

Le directeur du Service des incendies de Sherbrooke, Gaétan Drouin, a indiqué que la centrale 9-1-1 avait enregistré un nombre record d'appels dans les minutes qui ont suivi la déflagration.

Les familles des victimes seront également épaulées par le CHUS. « Nous nous sommes également préparés à recevoir les familles, poursuit Céline E. Gervais, codirectrice des services cliniques et directrice des soins infirmiers au CHUS. Les deux chapelles ont ouvert leurs portes et des intervenants psychosociaux ont été demandés en renfort. » Une ligne téléphonique spéciale permet aux familles de prendre des informations sur leurs proches (819 346‐1110, poste 0).

Explosion

C'est un réservoir d'acétone qui aurait explosé. On estime la quantité de ce solvant à 15 000 litres. Une épaisse colonne de fumée s'échappait du brasier. Elle était visible à des kilomètres à la ronde.

Une cinquantaine de pompiers ont été déployés. Ils se sont affairés à refroidir des réservoirs d'azote.

La population n'a pas été incommodé par la fumée qui ne constituait pas un risque pour la santé. La Ville de Sherbrooke n'a ainsi ordonné aucune évacuation de domicile, ni mesure de confinement.

Neptune est spécialisée dans la transformation d'huile de krill et oeuvre à la production et à la formulation scientifique de produits phospholipidiques pour les marchés nutraceutique et pharmaceutique.

Ses installations, situées rue Pépin, faisaient l'objet de travaux d'agrandissement.

Qu'est-ce l'acétone?

L'acétone est un solvant organique qui est souvent utilisé dans les entreprises. C'est un liquide volatil, très fluide et incolore qui a une odeur caractéristique (odeur de dissolvant à ongles). Les principaux risques reliés à l'acétone sont les traumatismes et les brûlures engendrés par l'explosion. Par ailleurs, de par la combustion complète du produit, il n'y a pas eu de présence d'acétone dans le panache de fumée.