Décès lors d'une expérience de sudation : la victime est « morte cuite »

Chantal Lavigne Chantal Lavigne

La Sûreté du Québec remettra prochainement son rapport au procureur aux poursuites criminelles et pénales sur la mort de Chantal Lavigne, survenue lors d'une expérience de sudation, en juillet dernier.

La femme de 35 ans est morte alors qu'elle participait à un séminaire de développement personnel dans une maison de Durham-Sud, dans le Centre-du-Québec. La SQ a ouvert une enquête pour négligence criminelle ayant causé la mort.

« Dans les conditions où [Mme Lavigne] est décédée, on peut dire qu'elle est morte cuite », affirme le coroner et urgentologue Gilles Sainton dans une entrevue accordée à Radio-Canada.

Selon le coroner, il aurait pu y avoir davantage de décès. « Dans des conditions de cuisson comme ça, ça aurait pu être bien pire », affirme-t-il.

Le Centre Reine de la Paix

Chantal Lavigne était adepte d'un groupe de développement personnel depuis plusieurs années. Elle suivait un nombre considérable de cours.

« C'était une semaine par mois au début, deux semaines par mois, trois semaines par mois. [...] Ça a chamboulé toute notre façon de vivre au complet », affirme le mari de Mme Lavigne, Patrick Naud.

En juillet dernier, Chantal Lavigne et huit autres personnes participent au séminaire « Mourir en conscience ». C'est Gabrielle Fréchette, chef du groupe, qui donne cette formation. Elle prétend qu'un esprit s'empare de son corps et parle à travers elle.

La journée du décès de Mme Lavigne, Gabrielle Fréchette décide que les personnes présentes seront enduites de boue, enveloppées dans une bâche de plastique, enfouies sous des couvertures, la tête recouverte d'une boîte de carton.

Dans un enregistrement sonore de cette séance obtenu par Radio-Canada, on peut entendre Mme Fréchette encourager les participants à respirer exagérément.

Gabrielle Fréchette Gabrielle Fréchette

« L'heure est venue de mourir à cette dimension matière [...]. Poussez, poussez, poussez très fort », peut-on entendre.

La séance de sudation dure neuf heures. Plusieurs participants sont malades. Chantal Lavigne décède.

Le groupe dirigé par Gabrielle Fréchette n'a jamais cessé ses activités.

« Mes prochains rendez-vous sont en mars. Janvier et février sont pleins. Je suis rendue en mars », a dit Mme Fréchette, rencontrée chez elle.

Gabrielle Fréchette affirme n'être aucunement responsable de la mort de Chantal Lavigne. Elle dit avoir fait son devoir en appelant les secours au 9-1-1.

Le reportage complet de la journaliste Claire Frémont sera présenté à l'émission Enquête, jeudi à 21 h, à la télévision de Radio-Canada.

En complément

Estrie en direct Afficher le fil complet