Couillard nuit aux projets pétroliers, affirme la CAQ

Travailleurs spécialisés  Photo :  Todd Korol / Reuters

La Coalition avenir Québec estime que les politiques du gouvernement libéral sur l'exploitation des hydrocarbures font fuir les investisseurs étrangers. Elle estime que les Libéraux nuisent à l'exploitation du pétrole québécois, notamment dans l'Est du Québec.

Un texte de Julie TremblayTwitterCourriel

Mercredi matin à l'Assemblée nationale, la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, a cité en exemple l'entreprise Squatex, qui est présentement en recherche de financement pour son projet à Sainte-Jeanne-d'Arc, dans la Mitis. Elle affirme que la compagnie a du mal à trouver des investisseurs, « qui fuient comme la peste », selon elle, en raison de l'ambivalence du gouvernement par rapport à certains projets pétroliers, comme celui d'Anticosti :

« La compagnie se fait refuser parce qu'elle est au Québec, sous un gouvernement libéral, avec un premier ministre qui est contre toute exploitation de pétrole sur le territoire. » — Chantal Soucy, députée caquiste de la circonscription de Saint-Hyacinthe
Chantal Soucy, députée caquiste de la circonscription de Saint-Hyacinthe Chantal Soucy, députée caquiste de la circonscription de Saint-Hyacinthe  Photo :  ICI Radio-Canada

Chantal Soucy rappelle que la compagnie a déclaré que le sous-sol du Bas-Saint-Laurent pourrait contenir deux fois plus de pétrole que sur l'île d'Anticosti. Elle estime qu'il est primordial que Québec crée des conditions favorables aux investissements et au développement économique.


Squatex : un projet « valable », selon le ministre de l'Énergie

En chambre, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a invité la députée de la CAQ à relire la politique énergétique. Il assure que l'exploitation des hydrocarbures peut se faire au Québec et promet un projet de loi sur l'encadrement de la filière :

« J'aurai l'occasion de déposer une loi pour faire en sorte qu'il y ait un encadrement au niveau des hydrocarbures. [...] Il y a le projet Galt, le projet Haldimand, il y a le projet Bourque également, sur lequel le gouvernement travaille avec l'entreprise Pétrolia actuellement. Et très bientôt j'aurai l'occasion de déposer cette loi à l'Assemblée nationale. », dit-il.

Le ministre Arcand a ajouté que le projet de Squatex est un « projet qui peut être extrêmement valable pour le Québec », mais que cette entreprise, comme toutes les autres, devra respecter les critères d'acceptabilité sociale et les lois du Québec.