Aucun intéressé pour reprendre l'Auberge et le Golf Fort-Prével

Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ

Personne ne se montre intéressé à faire l'acquisition de l'Aubert et du Golf Fort-Prével. Le deuxième appel de propositions de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) qui avait débuté le 17 octobre se terminait vendredi à 15 heures. Même si 14 demandes de renseignement ont été formulées, aucune offre n'a été reçue.

Un texte de Jean-François DeschênesTwitterCourriel

Pour la porte-parole de la Sépaq, Lucie Boulianne, la fermeture définitive n'est pas considérée, mais « il est hors de question d'opérer le site en 2016 » précise-t-elle. En 30 ans, le complexe a accumulé un déficit d'opération de 17 millions de dollars.

« Ce n'est pas possible de garder le statu quo, mais on va laisser passer cette journée-ci. On va laisser tomber la poussière un peu et on va continuer à évaluer différents scénarios qui pourraient lui permettre d'atteindre ses objectifs. » — Lucie Boulianne, porte-parole, Sépaq
Golfeurs sur le terrain de Golf Fort-Prevel de la SEPAQ en Gaspésie Golfeurs sur le terrain de Golf Fort-Prevel de la SEPAQ en Gaspésie  Photo :  ICI Radio-Canada/William Bastille-Denis

Lucie Boulianne rappelle qu'une dizaine de millions de dollars ont été investis pour entre autres, rénover l'hébergement, agrandir le golf de 9 à 18 trous.

« Ce n'est pas exclu qu'on puisse se rasseoir avec nos partenaires, qu'ils soient régionaux ou municipaux, pour regarder des scénarios qui pourraient nous permettre d'atteindre nos objectifs », assure-t-elle.

Comité de citoyens

Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ Auberge et Golf Fort-Prevel de la SEPAQ  Photo :  ICI Radio-Canada/William Bastille-Denis

Le porte-parole du Comité citoyen pour la sauvegarde de Fort-Prével ne veut pas croire à la fermeture du site. Évangéliste Bourdages croit que la solution pour conserver les infrastructures doit passer par le milieu.

« Il y a d'autres endroits, je pense, où la Sépaq a de la difficulté à faire ses frais et ils trouvent des solutions. » — Évangéliste Bourdages, porte-parole, Comité de citoyens pour la sauvegarde de Fort-Prével,

Le site permettait à une trentaine de personnes de travailler chaque été.