Un irritant demeure, 2 ans après la Tragédie de l'Isle-Verte

Un irritant demeure, 2 ans après la Tragédie de l'Isle-Verte

Un certain retour à la normale s'opère à L'Isle-Verte, selon la mairesse Ursule Thériault et les responsables de la santé publique. Malgré cela, deux ans jour pour jour après la terrible tragédie qui a coûté la vie à 32 personnes âgées à la Résidence du Havre, un irritant demeure.

Le coordonnateur en sécurité civile du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Pierre-Paul Malenfant, reconnaît cette situation. « Bien entendu le fait qu'on a pas trouvé la cause de l'événement en tant que tel ça peut créer une déception ou une difficulté à se faire une idée de ce qui s'est passé ».

Depuis l'incendie, on ignore toujours avec précision ce qui s'est passé cette nuit-là. Ni l'enquête policière, ni l'enquête du coroner, ni le directeur des poursuites criminelles et pénales n'ont apporté une réponse définitive à cette question.

Le discours est repris par des membres de familles de victimes. Pour Diane Malenfant, dont le père a péri dans l'incendie, l'absence de réponses à certaines questions comme les causes de l'incendie ne facilite pas le deuil.

« L'idée n'a jamais été de trouver un coupable, c'est d'avoir la vérité. Si on savait la vérité je crois que la population de l'Isle-Verte serait plus sereine aujourd'hui. Je peux vous dire que même lors des conférences de presse ça ouvre des plaies béantes », explique Diane Malenfant.

Pas de recours collectif

Certains citoyens n'excluent pas l'idée d'un recours collectif contre les services incendies de l'Isle-Verte, mais aucune mesure concrète n'a été entreprise. L'idée a été évoquée lors de l'inauguration du monument commémoratif.

Elle est revenue avec plus de force quand les autorités ont annoncé qu'il n'y aurait pas de poursuites au criminel, mais rien ne se concrétise.

D'après les informations de Denis Leduc