La pêche à l'éperlan doit attendre

Des cabanes de pêche sur la rivière Rimouski. Pêche à l'éperlan sur la rivière Rimouski.  Photo :  Radio-Canada

Les amateurs de pêche blanche devront patienter au moins jusqu'au 15 janvier avant de pouvoir installer leurs cabanes à l'embouchure de la rivière Rimouski. 

Selon l'Association des pêcheurs d'éperlan de la rivière Rimouski, la banquise n'est toujours pas assez épaisse à l'embouchure de la rivière, en raison des températures douces des dernières semaines. De plus, de grandes marées sont prévues entre le 10 et le 14 janvier, ce qui risque de briser la glace.

Le président de l'Association, Gaston Dionne, admet que la saison s'amorce plus tardivement qu'à l'habitude. « On pourrait dire en retard un peu par rapport aux autres années, comme un peu partout ailleurs au Québec bien entendu. Maintenant, ce qu'on attend, ce sont les grands froids, un peu ce qu'on a [lundi] », explique-t-il. « C'est ce qui va favoriser la formation, d'épaissir la glace ici à l'embouchure de la rivière sur la banquise. »

Épaisseur de glace nécessaire pour...

  • Marcher sur la glace : 6 pouces
  • Installer les cabanes : 8 pouces


*Source : Gaston Dionne, président, Association des pêcheurs d'éperlan de la rivière Rimouski

M. Dionne précise toutefois que les pêcheurs pourraient se rendre sur la banquise à pied, avant le 15 janvier.

« Pour les cabanes, c'est sûr que c'est pas avant le 15 [janvier], parce qu'on veut attendre que les grandes marées soient passées, les grandes marées du début janvier. À pied, il est possible que ce soit avant. » — Gaston Dionne, président, Association des pêcheurs d'éperlan de la rivière Rimouski

« On va pouvoir délimiter un territoire, le comité de sécurité va vérifier l'épaisseur de la glace », dit-il. « Si c'est possible, on va faire une descente et on va commencer à ce moment-là à pouvoir pêcher à pied. »

Les pêcheurs d'éperlan ont toutefois plus de chance à L'Isle-Verte, où quelques cabanes sont déjà installées.

De grandes quantités de poissons 

Les pêcheurs pourraient bien être récompensés pour leur patience, selon le biologiste Alain Fréchet. Il croit que la récolte de poissons pourrait être meilleure cette année.

L'an dernier, peu de poissons avaient été capturés, parce que la glace trop épaisse les forçait à rester au fond de l'eau. Néanmoins, Alain Fréchet note que la taille moyenne des poissons avait augmenté, ce qui est de bon augure pour la reproduction de l'espèce.

« C'est un bon signe en soi, on cherche toujours à avoir une meilleure taille de poissons », précise-t-il. « Ça veut dire que le poisson est plus âgé. Ça veut dire aussi que sa production d'oeufs, pour chaque poisson, augmente énormément. Quelques centimètres de plus, et on peut doubler la fécondité, c'est vraiment très important. Et la qualité de l'oeuf est meilleure aussi. Donc si on veut avoir une meilleure reproduction, c'est le nerf de la guerre, vraiment. »

L'Association des pêcheurs d'éperlan de la rivière Rimouski estime qu'environ 400 pêcheurs viennent taquiner le poisson sur la banquise rimouskoise chaque hiver.

D'après les informations d'Ariane Perron-Langlois