Côte-Nord : des travailleurs en colère

Le reportage de William Phénix

Plus de 150 travailleurs de la construction entravent partiellement la circulation sur des routes nord-côtières pour réclamer des emplois sur les chantiers de la Côte-Nord.

Une cinquantaine de travailleurs de la construction ont manifesté jeudi à l'intersection de la route 138 et de la route menant à Maliotenam, à l'est de Sept-Îles. Ils ont cessé le blocus en soirée, mais ont l'intention de le reprendre vendredi matin.

Tôt jeudi matin, les manifestants avaient disposé des pièces de machinerie lourde en plein milieu de la voie. Les travailleurs ont déplacé les équipements autour de 8 h 30, à la demande des policiers de la Sûreté du Québec.

Deux autres manifestations, annoncées par le représentant syndical de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord, Bernard « Rambo » Gauthier, se tiennent simultanément dans le but d'entraver la circulation des travailleurs provenant de l'extérieur de la région.

Une centaine de travailleurs manifestent à l'intersection de la route 138 et de la route menant à Pessamit. Ils laissent passer tous les véhicules, mais demandent aux gens de s'identifier, puisqu'ils souhaitent interdire le passage à tous les entrepreneurs qui ne sont pas originaires de la Côte-Nord.

Quelques véhicules qui arrivaient de l'extérieur en direction des chantiers de la Côte-Nord ont dû rebrousser chemin.

Le troisième lieu de manifestation se trouve à l'entrée du chantier du complexe hydroélectrique de La Romaine.

Les entrepreneurs qui ne sont pas originaires de la Côte-Nord sont forcés à faire demi-tour par les manifestants. Les entrepreneurs qui ne sont pas originaires de la Côte-Nord sont forcés à faire demi-tour par les manifestants.  Photo :  Radio-Canada/Marlène Joseph-Blais

Un des manifestants, Rock Deschênes, a dénoncé l'importante présence des entrepreneurs de l'extérieur au chantier hydroélectrique La Romaine.

« Ils s'en viennent ici puis ils emmènent tout leur monde. Puis, on est obligé de les regarder passer puis fermer nos boîtes. » — Rock Deschêne, travailleur de la construction nord-côtier

Rock Deschênes déplore l'immobilisme du gouvernement dans le dossier. « Ça fait deux ans qu'on attend, affirme-t-il, on est en communication avec le gouvernement depuis deux ans, mais ça ne bouge pas. C'est pour ça que ce matin, on est ici pacifiquement, pour revendiquer nos droits, pour dire que ce qu'on veut. On veut travailler, c'est tout simplement ça! »

Bernard « Rambo » Gauthier lance un cri du coeur

Bernard « Rambo » Gauthier, qui soutient agir à titre personnel, a manifesté à l'entrée du chantier de la Romaine en matinée, puis s'est rendu à Maliotenam pour appuyer les travailleurs.

Il ne croit pas que cette mobilisation va nuire à l'embauche des travailleurs sur la Côte-Nord. Selon lui, la situation est déjà catastrophique pour plusieurs d'entre eux.

« Ça fait deux ans qu'on vous dit qu'on crève de faim. On a des familles qui crèvent de faim, ils vont porter leurs clés de maison à la banque. Pensez-vous qu'on fait ça de gaieté de cœur? De la façon qu'on le fait, on est respectueux. Tout le monde circule, tout vit, tout roule normalement, sauf que les travailleurs de l'extérieur sont appelés à retourner de bord. » — Bernard « Rambo » Gauthier

M. Gauthier continue de croire que la Côte-Nord est abandonnée par le gouvernement et que les revendications des travailleurs peinent à se faire entendre à Québec.

Entrevue avec Bernard Gauthier et la PDG de la Commission de la construction du Québec, Diane Lemieux