Cathédrale de Rimouski : la petite et la grande histoire

Marie-Christine Gagnon en discute avec Paul Huot

L'avenir de la cathédrale de Rimouski était au cœur des discussions mercredi dans le cadre du congrès l'Association francophone pour le savoir (Acfas).

Un texte de Richard LavoieTwitterCourriel

Une journée thématique était organisée par des chercheurs en histoire. Certains d'entre eux proposaient des visites guidées, non pas de la cathédrale elle-même puisque son accès est interdit depuis des mois pour des raisons de sécurité, mais de l'environnement immédiat du bâtiment.

Un peu d'histoire

Le professeur d'histoire au Cégep de Rimouski, Kurt Vignola était l'un de ces guides d'un jour. Pilotant des groupes de 20 à 30 personnes, il a expliqué avec un bel enthousiasme quel rôle central la cathédrale de Rimouski a joué dans l'histoire rimouskoise.

Il a rappelé que l'importance institutionnelle de Rimouski est largement tributaire de la présence de cette église diocésaine.

Kurt Vignola raconte la petite histoire de la cathédrale de Rimouski Kurt Vignola raconte la petite histoire de la cathédrale de Rimouski  Photo :  Radio-Canada/Richard Lavoie

C'est la présence de cette église imposante qui a favorisé l'arrivée de notables à Rimouski. C'est aussi elle, qui a amené le choix de Rimouski comme siège diocésain, a expliqué l'historien.

De ce choix que se disputaient à l'époque Bonaventure et Trois-Pistoles a découlé l'installation de nombreuses congrégations religieuses. Le collège industriel qui existait a été transformé en Séminaire, ce qui est venu asseoir une fois pour toutes le caractère institutionnel de la ville. Son rayonnement sur les municipalités environnantes s'en est trouvé renforcé et lui a permis de se positionner comme un pôle régional sur le plan institutionnel.

La revanche des berceaux lui a permis par la suite de devenir la plus populeuse à l'est de Québec et de détrôner Rivière-du-Loup. Le développement de la Côte-Nord dont Rimouski était la plaque tournante pour l'acheminement de marchandises est venu consolider son économie et son importance stratégique.

Lorsque l'État moderne du Québec s'est imposé, c'est tout naturellement à Rimouski que la fonction publique a choisi de s'installer.

Un avenir incertain

Pour compléter ce tour d'horizon historique, les historiens proposent en soirée différentes présentations sur le caractère patrimonial de la cathédrale suivies d'une table ronde.

Le groupe a sembé fort intéressé par les explications du professeur d'histoire Le groupe a sembé fort intéressé par les explications du professeur d'histoire  Photo :  Radio-Canada/Richard Lavoie

Les chercheurs rimouskois qui publieront bientôt un ouvrage collectif sur le sujet espèrent faire avancer le débat relativement à l'avenir de la cathédrale.

Un avenir plutôt incertain puisque la restauration du bâtiment exigerait des investissements de plusieurs millions de dollars. Et que ni la fabrique Saint-Germain ni l'Archevêché n'ont les moyens financiers pour la réaliser, surtout dans le contexte de la baisse dramatique de la pratique religieuse.

À lire aussi :
L'avenir de la cathédrale de Rimouski au menu de l'Acfas