Autonomie des municipalités : les maires s'interrogent sur les moyens de financement

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, livre un discours aux assises de l'UMQ. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, livre un discours aux assises de l'UMQ.  Photo :  Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s'engage à déposer un projet de loi sur l'autonomie des municipalités à l'automne 2016. Il a fait cette promesse aux assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) qui se tiennent à Montréal.

Les élus municipaux et le premier ministre ne sont toutefois pas d'accord sur les moyens de financement qui accompagneraient ces nouveaux pouvoirs. Les villes veulent obtenir un remboursement de la taxe de vente du Québec, ce que le gouvernement refuse.

« D'aller dans cette voie-là, ça m'apparaît plus ou moins prometteur, juge le premier ministre. Ce qui m'apparaît beaucoup plus prometteur, c'est d'aller vers les revenus autres, par exemple, les redevances. C'est une nouveauté importante pour les municipalités, qu'on puisse redistribuer et partager avec elles les redevances de ressources naturelles. Alors, on va travailler avec eux. »

Redevances minières pour toutes les régions

À propos d'un éventuel système de péréquation à partir des redevances tirées de l'exploitation des ressources naturelles, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, a insisté sur le fait que les municipalités où on ne retrouve pas de mines, de ressources exploitées, comme Montréal par exemple, pourront tout de même bénéficier de l'exploitation des ressources naturelles de la Gaspésie ou de la Côte-Nord.

« Nous allons reconnaître la source de prélèvement de la ressource naturelle, a-t-il mentionné, mais on veut créer un fonds à partir duquel il y aura une péréquation ouverte à toutes les municipalités du Québec. »

Un froid entre les maires et Québec

Le maire d'Amqui, Gaétan Ruest, réclame aussi une plus grande part de l'assiette fiscale pour les municipalités. Il estime qu'un certain froid persiste entre les élus municipaux et Québec.

« Quand M. Couillard parlait, ma perception c'était qu'il y avait beaucoup de retenue de la part des élus et nombreux sont ceux et celles qui sont d'allégeance libérale. Je ne sentais pas un courant énergique de sympathie. Je pense que les gens sont très sceptiques. » — Le maire d'Amqui, Gaétan Ruest

Le maire Ruest compte présenter des résolutions sur le transport de produits pétroliers et la vitesse des convois qui passent par les centres urbains. Il souhaite aussi aborder la question de la consigne obligatoire.

« C'est le temps qu'on le fasse, presse-t-il. Il faut qu'on puisse se faire entendre à l'UMQ, qui est le parlement de tous les maires du Québec. »

Les assises annuelles de l'UMQ se termineront samedi.

À lire en complément :