Les difficultés des groupes communautaires inquiètent

Marie-Christine Gagnon en discute avec Paul Huot

Le Carrefour jeunesse-emploi Rimouski-Neigette s'inquiète des conséquences qu'aura la disparition de plusieurs organismes communautaires sur les jeunes.

L'organisme dit craindre que ces jeunes renoncent à prendre des mesures pour réussir à défaut d'avoir de l'aide.

« Nous sommes actuellement débordés. Nous sommes en mesure d'accueillir 8 jeunes, nous en avons 14 et nous en avons 6 en attente », déplore Marie-Claude Lapierre du Carrefour jeunesse-emploi.

Le gouvernement fédéral a retiré son soutien financier, surtout à travers Service Canada, à plusieurs de ces organismes au cours des dernières semaines. Dans la région de Rimouski, un seul des quatre organismes communautaires destinés aux jeunes de 16 à 30 ans  fonctionne actuellement. 

RécupAction, Maraîchers du cœur et Je raccroche tentent de trouver des solutions pour se sortir la tête de l'eau et offrir des services aux jeunes. Jeunes en action tient toujours ses activités.

Les groupes devront donc trouver des idées pour être présents, pense Mme Lapierre.

« Ce que j'attends, c'est que nous nous parlions et que nous nous fassions un plan d'action pour savoir quel est le plan pour ces jeunes et quelles sont les possibilités de collaboration des organismes pour assurer un filet aux jeunes de la MRC », ajoute Marie-Claude Lapierre.

Les difficultés qu'éprouvent les groupes communautaires vont au-delà des frontières de Rimouski. Certains ont manifesté au Festival d'été de Québec.