Tragédie à L'Isle-Verte

Incendie à L’Isle-Verte : 10 morts, 22 disparus

Le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Le bilan des victimes de l'incendie d'une résidence pour personnes âgées à L'Isle-Verte est maintenant de 10 morts, a confirmé la Sûreté du Québec lors d'un point de presse en fin d'après-midi samedi. Les recherches ont permis de retrouver deux autres corps dans la journée. 

La SQ précise que 22 personnes manquent toujours à l'appel.

Le lieutenant Michel Brunet a précisé que malgré l'arrivée d'un nouvel équipement pour faire fondre l'épaisse couche de glace qui recouvre la Résidence du Havre, les opérations se font très lentement pour protéger l'intégrité des victimes potentielles. Une partie de la scène sera recouverte cette nuit pour tenter de faciliter la fonte de la glace, qui atteint par endroits 60 centimètres d'épaisseur. 

Les travaux de recherche ont été suspendus à 19 h pour se concentrer sur les opérations de déglaçage. Les recherches reprendront dimanche matin. Les équipes seront alors scindées en deux groupes, l'un travaillera sur la partie qui aura été déglacée et l'autre sur la partie encore dans la glace.

Le Bureau du coroner a de son côté indiqué qu'une troisième victime avait été identifiée au cours des dernières heures. Son identité sera dévoilée dimanche. Samedi, le Bureau du coroner a dévoilé l'identité des deux premières victimes. Il s'agit de Mme Juliette Saindon, 95 ans, et de Mme Marie-Lauréat Dubé, 82 ans.

Par ailleurs, une vingtaine de personnes auraient été rescapées du brasier. Le chiffre exact n'est pas encore connu pour le moment.

Pour ce qui est de l'enquête, le lieutenant Brunet a souligné qu'elle était toujours en cours et que la possibilité qu'une cigarette ait causé l'incendie est une hypothèse parmi plusieurs autres. « Toutes les hypothèses sont retenues par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, il n'y a pas une hypothèse en particulier qui est la meilleure. On a entendu des rumeurs, je vous le dis ce sont des rumeurs », a-t-il expliqué.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, l'incendie aurait pris naissance dans la chambre d'un locataire qui fumait, malgré une interdiction.

La SQ continue d'interroger des témoins et demande au public de lui fournir des vidéos et des photos qui pourraient aider les enquêteurs à comprendre les causes de l'incendie. « Il y a beaucoup, beaucoup de témoins qui ont été rencontrés », a dit M. Brunet.

Pour accéder à la couverture en direct à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.

Croix-Rouge : objectif atteint

Samedi après-midi, la Croix-Rouge a annoncé qu'elle avait réussi à atteindre son objectif de 200 000 $ pour venir en aide aux personnes touchées par la tragédie de L'Isle-Verte. L'organisme a tenu à remercier les Québécois pour la grande générosité dont ils ont fait preuve dans la situation.

En raison de la tragédie, la première ministre Pauline Marois, en mission au Forum économique de Davos, en Suisse, a décidé d'écourter son voyage en Europe de 24 heures. Elle sera à L'Isle-Verte dimanche, alors que se tiendra une cérémonie à l'église qui aura lieu à 14 h en l'honneur des disparus.

« Une célébration qui se veut familiale et intime pour qu'on puisse se retrouver et se rebâtir le cœur », a indiqué le curé de la paroisse, Gilles Frigon. M. Frigon indique qu'une messe commémorative, ouverte aux dignitaires celle-là, aura également lieu le samedi 1er février. 

Réaction des propriétaires

Dans un communiqué rendu public vendredi, les propriétaires de la résidence du Havre, Roch Bernier et Irène Plante, ont offert leurs condoléances aux familles des victimes de l'incendie.

Ils ont aussi remercié « les employés de la résidence, les pompiers, les ambulanciers et tous les intervenants qui, de par leur travail dès les premiers instants du brasier, ont contribué à sauver plusieurs vies », peut-on lire, ajoutant que toutes leurs énergies étaient consacrées à collaborer avec les autorités et au bien-être des survivants.

Les propriétaires affirment par ailleurs qu'il est encore trop tôt pour dire s'ils vont reconstruire la résidence.

Soutien psychologique

À la suite de ce drame, des travailleurs sociaux ont été dépêchés sur les lieux pour offrir du soutien psychologique à ceux qui en ont besoin.

« Il est très important de ne pas rester isolé et d'aller chercher de l'aide au besoin. » — Véronique Hivon, ministre déléguée aux Services sociaux

Une ligne téléphonique est d'ailleurs disponible pour les gens de la région qui ont besoin d'aide : 1 418 868-0145.

Une résidence sécuritaire?

La partie plus ancienne du complexe, qui a été incendiée, n'était pas munie d'un système de gicleurs automatiques, contrairement à la partie plus récente du bâtiment, qui a été épargnée. Le gouvernement a indiqué que la résidence était malgré tout conforme aux normes de sécurité en vigueur, selon les informations disponibles pour l'instant.

La ministre de la Solidarité sociale du Québec, Agnès Maltais, a affirmé qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête avant d'identifier quelque cause ou défaillance que ce soit. La ministre s'est toutefois engagée à réagir rapidement une fois que seront connues les causes de l'incendie. Elle a admis que cette tragédie obligera les députés à revoir l'ensemble des normes de sécurité qui régissent les résidences pour personnes âgées.

Le président de l'Association québécoise de défense des personnes retraitées et préretraitées, Louis Plamondon, s'inquiète d'ailleurs des normes de sécurité dans ces résidences, évoquant que la moitié d'entre elles n'ont pas de gicleurs. « Le niveau d'inquiétude et de risque vient de changer », a-t-il dit en entrevue à Radio-Canada. Ces inquiétudes et remises en question sont partagées par le Conseil pour la protection des malades.

Au Québec, environ 115 000 personnes retraitées vivent dans des résidences pour personnes âgées.

En complément

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook