Tragédie à L'Isle-Verte

Au moins cinq morts à L’Isle-Verte

Jean-Sébastien Cloutier fait le bilan.

Un incendie majeur qui a ravagé une résidence pour personnes âgées à L'Isle-Verte, près de Rivière-du-Loup, a fait au moins cinq morts, ont confirmé jeudi soir la Sûreté du Québec (SQ) et le Bureau du coroner. Une trentaine de personnes manquent à l'appel.

La porte-parole du Bureau du coroner, Geneviève Guilbault, a indiqué que les personnes retrouvées mortes dans les décombres n'avaient pas encore été identifiées.

Le porte-parole de la SQ, Guy Lapointe, n'a pas voulu s'avancer sur un nombre plus précis de disparus. Il a expliqué qu'il voulait d'abord s'assurer qu'aucune de ces personnes n'était absente au moment de l'incendie.

La Résidence du Havre, sur la rue du Quai, comptait 52 unités d'habitation : 18 logements pour personnes autonomes et 34, pour personnes semi-autonomes. Deux employées, soit une auxiliaire familiale et une infirmière auxiliaire, étaient affectées au travail de nuit.

Seize résidents ont d'abord été accueillis à l'école primaire Moisson-d'Arts, dans les premières heures après le drame, pour ensuite être redirigés vers des centres d'hébergement ou des centres hospitaliers de la région.

Treize des 20 personnes évacuées ont été hospitalisées, notamment à Rivière-du-Loup, pour des chutes, des intoxications au monoxyde de carbone et des traumatismes liés à la tragédie. Un patient été transporté à l'Hôtel-Dieu de Québec. D'autres ont été dirigés vers l'hôpital de Rimouski et l'hôpital de Trois-Pistoles. De l'aide psychologique et en travail social est offerte aux sinistrés.

La mairesse suppléante de l'Isle-Verte, Ginette Caron, a précisé que la plupart des résidents circulent en fauteuil roulant ou à l'aide d'un déambulateur. Elle a ajouté que certains souffrent de la maladie d'Alzheimer et que seulement cinq résidents sont autonomes.

Trente-sept résidents ont plus de 85 ans.

La partie plus ancienne du complexe, qui a été incendiée, n'était pas munie d'un système de gicleurs automatiques, contrairement à la partie plus récente du bâtiment, qui a été épargnée, a affirmé en entrevue Étienne Desjardins, de l'entreprise Gicleurs de l'Est. Il a travaillé à la construction du bâtiment.

Le président du Regroupement des résidences privées pour aînés, Yves Desjardins, indique que son association réclame depuis plusieurs années que les résidences pour personnes âgées soient équipées de gicleurs.

Lire aussi : La résidence conforme aux normes de sécurité, selon le gouvernement

Êtes-vous témoin de l'événement? Envoyez-nous vos photos ou vidéos.

Les flammes ont été maîtrisées. L'incendie, qui s'est déclaré un peu après minuit, était d'une violence extrême, selon des témoins. Une bonne partie de la structure de trois étages a été détruite par les flammes. Une pharmacie, un CLSC et un salon de coiffure ont aussi été détruits par le brasier. Il ne reste que des cendres fumantes de la partie de l'édifice qui a pris feu.

Une douzaine de maisons à proximité ont été évacuées. La plupart des résidents ont trouvé refuge chez des proches.

Le député provincial de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour, tente de lancer une collecte de fonds régionale pour survenir rapidement aux besoins des sinistrés qui ont tout perdu, notamment des dentiers ou des lunettes. Il espère amasser rapidement 25 000 $.

Pour accéder à la couverture en direct à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.

Une vidéo tournée par François Drouin: 

Écoutez l'entrevue avec le pharmacien Philippe Lépicier, particulièrement touché par le drame

La SQ a mis en place un périmètre de sécurité clôturé, qu'elle demande aux citoyens de respecter.

Le porte-parole Guy Lapointe a expliqué que les services d'urgence tentent d'éviter la reprise de l'incendie dans des endroits à risque pour à la fois préserver l'intégrité de ce qu'ils recherchent et protéger les équipes qui travaillent dans les décombres.

Les pompiers de L'Isle-Verte étaient appuyés par leurs collègues de Cacouna, Trois-Pistoles, Saint-Paul, Saint-Éloi et Saint-Arsène. Une soixantaine de pompiers sont intervenus au plus fort de l'incendie. Le froid et le vent ont compliqué leur travail.

Le double périmètre de sécurité établi par la SQ à L'Isle-Verte Le double périmètre de sécurité établi par la SQ à L'Isle-Verte  Photo :  Sûreté du Québec

Nuit d'enfer

Yves Charron, le chef des pompiers de la municipalité, a parlé d'une « nuit d'enfer », en décrivant l'événement. Plusieurs témoins qui vivent à proximité du lieu de la tragédie ont dit avoir entendu des cris émanant de l'immeuble en flammes.

La Résidence du Havre, située tout près de la route 132, a été construite en 1997 et agrandie en 1999. Selon les renseignements fournis par les propriétaires au gouvernement, la charpente du bâtiment était entièrement faite en bois.

Les occupants de la résidence sont originaires non seulement de L'Isle-Verte, mais aussi de différents villages environnants.

La Résidence du Havre avait obtenu de l'Agence de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent le renouvellement de sa Certification de conformité en 2011. Obtenue une première fois en 2009, elle venait à échéance en juin 2014.

En entrevue à RDI, le député Jean D'Amour, a dit que cette résidence était reconnue pour la qualité de ses services. Selon lui, les gens de L'Isle-Verte connaissaient tous quelqu'un qui y habitait. Plusieurs citoyens interviewés s'entendent aussi pour dire que la résidence semblait très bien entretenue.

« C'est vraiment le pire des scénarios, un incendie la nuit dans une résidence de personnes âgées en perte d'autonomie. À l'évidence, le personnel de nuit était réduit. C'est un drame pour la communauté, c'est abominable », a dit de son côté le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, en entrevue à Radio-Canada.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook