Côte-Nord : petits fruits, pêche et produits marins

Des bleuets sauvages

La culture des petits fruits, la pêche et la transformation de produits marins demeurent les principales activités de l'industrie bioalimentaire sur la Côte-Nord, selon le dernier rapport du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ).

La région de la Côte-Nord compte 98 entreprises agricoles, dont plus de la moitié produisent des petits fruits ou des arbustes fruitiers. La moitié des terres cultivées sont en location et font partie du domaine de l'État.

Selon le MAPAQ, des efforts restent à faire pour développer le potentiel des petits fruits nordiques.

Environ 4000 hectares sont exploités, alors que le potentiel est évalué à 100 000 hectares pour des bleuetières et la culture de canneberges.

Certaines entreprises de petits fruits ont été mises sur pied par des promoteurs actifs dans d'autres secteurs, comme la forêt et la pêche, qui cherchent à diversifier leurs activités.

Québec croit également que les entreprises de transformation de produits agricoles et marins doivent s'unir pour remédier à des problèmes communs comme la distribution ou l'utilisation des infrastructures de transformation.

Selon les données 2011 tirées du Profil régional de l'industrie bioalimentaire au Québec, avec des valeurs au débarquement de plus de 41 millions de dollars la Côte-Nord et le Nord-du-Québec se situaient devant les Îles-de-la-Madeleine et derrière la Gaspésie, qui sont les deux autres régions maritimes du Québec.

L'espèce la plus pêchée le plus est le crabe des neiges.

La valeur des expéditions des 14 usines de transformation de produits marins, réparties entre Blanc-Sablon et Portneuf-sur-Mer, s'élevait à 74 millions de dollars en 2011.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook