Hydrocarbures : les Îles-de-la-Madeleine se doteront d'un règlement similaire à celui de Gaspé

Hôtel de Ville des Îles-de-la-Madeleine à Cap-aux-Meules Hôtel de Ville des Îles-de-la-Madeleine à Cap-aux-Meules  Photo :  Jean-François Deschênes

Les élus des Îles-de-la-Madeleine se préparent à adopter un règlement sur la protection des sources d'eau potable.

Semblable à celui adopté par la Ville de Gaspé, le règlement interdira tous forages gazier, minier ou pétrolier dans un rayon de deux à dix kilomètres des puits d'eau potable des Îles. Un avis de motion sera déposé au prochain conseil municipal mardi prochain.

L'archipel compte une vingtaine de puits répartis un peu partout sur son territoire. L'adoption de la réglementation pourrait notamment entraver les projets d'exploration de gaz naturel de l'entreprise Gastem.

Le maire des Îles, Joël Arseneau, reconnaît que Gastem est propriétaire de droits d'exploration pour du gaz et du pétrole sur le territoire des Îles. « Mais, souligne-t-il, il n'a pas de permis de forer, il n'y a pas de projet de déposé. Il a identifié un site, mais ça, pour nous, à la limite, ça n'a pas d'importance. »

En déposant la motion, le maire des Îles souhaite aussi appuyer la démarche des élus de Gaspé. Il se dit d'ailleurs outré de certaines réactions envers la réglementation de Gaspé.

Le discours selon lequel les régions devraient se mettre au service du développement du Québec au mépris de leur eau potable est inqualifiable, selon M. Arseneau. « C'est comme, fait valoir le maire des Îles, s'il y avait un discours condescendant, méprisant envers les régions qui ne sont peut-être pas assez intelligentes pour juger de ce qui est bon pour elles. Ce discours nous a irrités profondément. »

Les Madelinots souhaitent de plus que le Bureau d'audiences sur la protection de l'environnement se penche sur tous les projets de développement des hydrocarbures aux Îles.