La commission de vérité et réconciliation

Côte-Nord : les absents de la Commission de vérité et de réconciliation

La Commission de vérité et de réconciliation à Maliotenam La Commission de vérité et de réconciliation à Maliotenam
La Commission de vérité et réconciliation du Canada à Sept-Îles a entendu des témoignages

La Commission de vérité et de réconciliation du Canada a recueilli la semaine dernière les témoignages de survivants de pensionnats autochtones à Maliotenam, près de Sept-Îles. Mais certains dénoncent qu'il n'y a eu aucun représentant religieux ou gouvernemental pour les écouter.

Ces derniers mettent de l'avant qu'ils n'ont reçu aucune invitation formelle pour assister à cette rencontre. La commissaire Marie Wilson estime que cela n'excuse pas leur absence. « Il faut dire que les pensionnaires, eux aussi, n'ont pas d'invitation individuelle. On n'est pas équipé pour commencer à envoyer des invitations personnelles à chacun qu'on aimerait voir là », soulève-t-elle.

Parmi les absents, figurent les Oblats de Marie-Immaculée qui étaient en charge du Pensionnat Notre-Dame, à Maliotenam, de 1952 à 1970. La congrégation se montre toutefois sensible à la question.

« On s'est présenté à beaucoup d'autres rencontres que les Innus ont réalisées au cours des dernières années », se défend le Père Gérard Boudreault.

Florent Vollant Florent Vollant

Selon l'auteur-compositeur-interprète Florent Vollant qui a fréquenté pendant sept ans l'établissement, l'histoire des pensionnats ne concerne pas seulement les Autochtones.

« Qu'est-ce qu'on va faire de ça? Les témoignages, il faudrait bien que quelqu'un les écoute. Mais est-ce qu'on est intéressé à entendre ces histoires-là? » — Florent Vollant

La Commission de vérité et de réconciliation compte rectifier le tir. Des invitations seront envoyées aux responsables religieux et gouvernementaux lors des prochaines rencontres, dont celle de Val-d'Or qui se déroulera les 5 et 6 février.