Éducation : un pré-Sommet mouvementé à Rimouski

Manifestation étudiante à la rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur, à Rimouski

Une cinquantaine de manifestants se sont fait entendre pendant la rencontre préparatoire au Sommet sur l'enseignement supérieur de jeudi soir, à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Il s'agissait de la quatrième rencontre thématique organisée par le gouvernement de Pauline Marois avant la grande rencontre visant à trouver des solutions pour mettre fin à la crise du financement des universités.

Les étudiants ont d'abord manifesté bruyamment dans l'atrium de l'université afin de dénoncer l'absence de réel débat sur les droits de scolarité au sein de la démarche du gouvernement Marois.

Ils considèrent que le gouvernement les a exclu de la rencontre, puisqu'il faut être invité par le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, pour y participer. "Il n'y a aucun moyen d'entrer en communication avec un responsable des médias du ministre qui doit être présent en ce moment. On ne peut pas s'exprimer ", a déploré un étudiant.

" On ne se sent pas écoutés, a ajouté un autre manifestant. Les décisions sont prises à l'avance. Les discussions sont orientées. Ce n'est pas normal que des états-généraux mènent à trois coupures dans les fonds de recherche des universités."

Les étudiants en colère se sont ensuite rués vers l'escalier qui mène à la salle où se déroulait la rencontre et une bousculade s'en est suivie.

Intervention de la SQ

La Sûreté du Québec est intervenue pour disperser les manifestants, qui ont poursuivi leur grabuge à l'extérieur de l'immeuble. Leur tintamare a fait tant de bruit que certaines conférences ont dû être d'interrompues.

La rencontre de Rimouski vise à faire le point sur « la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec ».

Un pré-Sommet mouvementé à Rimouski