Bas-Saint-Laurent : la Coop Paradis échapperait aux compressions

Projet de centre de production et de diffusion culturelle de la Coopérative de solidarité Paradis Projet de centre de production et de diffusion culturelle de la Coopérative de solidarité Paradis  Photo :  Coopérative de solidarité Paradis

Malgré les compressions au ministère de la Culture, les responsables du projet de Centre de production et de diffusion culturelle de la Coopérative de solidarité Paradis à Rimouski gardent espoir de voir leur projet se concrétiser.

Le ministre de la Culture, Maka Kotto, a ouvert la porte au report de plusieurs grands projets immobiliers la semaine dernière. Le projet de déménagement d'une douzaine d'organismes culturels dans l'ancien centre commercial, La Grande Place, demeure cependant toujours sur les rails.

Le projet échapperait aux compressions du ministère de la Culture et ne serait donc pas différé, a expliqué la directrice générale de la Coop, Julie Gauthier, après une rencontre avec la sous-ministre de la Culture et des Communications lundi à Québec.

La demande de subvention de 6,2 millions de dollars demeure toutefois sans réponse.

Les membres de la Coop Paradis travaillent d'arrache-pied à la réalisation du projet depuis trois ans. Ils ont reçu l'appui de la Ville de Rimouski. Les coûts du projet ont été revus à la baisse, et s'élèvent maintenant à plus de 9,8 millions de dollars.

Julie Gauthier fait preuve d'un optimisme prudent. « J'ai senti que les gens qui étaient autour de la table hier comprenaient l'importance du projet et qu'il y aurait une analyse active au cours des prochaines semaines sur notre dossier », a-t-elle déclaré.

Des éléments à travailler

Il y a toutefois encore du travail à faire pour convaincre le gouvernement. Dans une correspondance du ministère de la Culture, dont Radio-Canada a obtenu copie, le ministère remet en doute la capacité financière de la coopérative de supporter certains coûts.

Le ministère soutient aussi que l'acquisition de gré à gré, sans appel d'offres, de l'immeuble auprès de Réseau Sélection contrevient aux règles gouvernementales. La firme propriétaire de l'ancien centre d'achat et des deux tours d'habitations à proximité, devait profiter de leur construction pour aménager le complexe culturel.

Le ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Pascal Bérubé demeure malgré tout confiant. « C'est lié au mode de gestion et à un certain nombre de formalités qui sont surmontables. Mon objectif, c'est d'en faire une annonce en 2013 », a déclaré le ministre.

Le député péquiste de Rimouski, Irvin Pelletier, avait pourtant promis des développements au cours des prochaines semaines pour ce projet, devant les membres du Parti québécois de Rimouski, la semaine dernière.

Le gouvernement joue de prudence dans le dossier, mais ne ferme pas la porte. Une étude externe a par ailleurs été demandée par le ministère de la Culture et des Communications.

D'après le reportage d'Harold Michaud

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

    La Grande guignolée 2014

    Facebook