Bas-Saint-Laurent : une campagne pour mettre en valeur le secteur touristique

Bureau d'information touristique de Rimouski Bureau d'information touristique de Rimouski

L'Association touristique régionale du Bas-Saint-Laurent lance une campagne publicitaire au coût de 200 000 $ pour faire la promotion de l'industrie, les métiers et les formations en Tourisme.

L'ATR s'est associée à des partenaires, dont le Cégep de Matane, pour tenter de prévenir la pénurie de main-d'oeuvre qui est anticipée.

D'ici les prochaines années, il y aura de moins en moins de travailleurs dans l'industrie touristique, une tendance qui est observée dans plusieurs autres domaines.

« Au Bas-Saint-Laurent, on parle de 18 000 postes qu'on va devoir compléter dans la plupart des secteurs. On sait que le tourisme sera aussi touché par cette réalité-là », a déclaré le directeur général de l'ATR Bas-Saint-Laurent, Pierre Laplante.

La campagne, d'une durée de trois ans, vise à donner une image positive du travail en tourisme. Des publicités se retrouveront dans les journaux, à la télévision et sur les réseaux sociaux.

« Dire aux gens, vous pouvez, au Bas-Saint-Laurent, faire une carrière intéressante. » — Pierre Laplante, directeur général de l'ATR Bas-St-Laurent

Cette initiative vise aussi à accroître le nombre d'étudiants en tourisme. Le Cégep de Matane n'en compte plus que 50, après une chute de près de deux tiers des étudiants. Le cégep compte miser sur la formation à distance. « Il ne faut pas demander à des gens qui travaillent dans l'industrie, par exemple, des gens de Rivière-du-Loup ou de La Pocatière de libérer des jeunes pour les former à Matane. Donc, il faut développer d'autres techniques d'enseignement à distance », a fait valoir le directeur, Emery Béland.

Le ministre du Tourisme, Pascal Bérubé, donne son appui à l'ATR du Bas-Saint-Laurent, dont l'initiative correspond aux volontés gouvernementales. « On va augmenter le nombre de visiteurs au Québec dans les prochaines années, ça nous prend de la main-d'oeuvre spécialisée et ce sont de beaux métiers que ceux du tourisme », a déclaré Pascal Bérubé.

La volonté est ferme de maintenir une main-d'oeuvre dans le secteur touristique. Les efforts pour redorer le travail en tourisme sont toutefois mis à rude épreuve avec la réforme de l'assurance-emploi, qui inquiète de nombreux travailleurs saisonniers.

D'après le reportage de Nicole Blackburn