Pétrolia : Forages controversés à Gaspé

Pétrolia à Gaspé : Blanchet s'impatiente

Pétrolia en préparation Pétrolia en préparation

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a changé de « niveau de langage » mardi, pour inviter une municipalité de la Gaspésie et une entreprise pétrolière à accélérer leurs pourparlers relativement à un projet d'exploration controversé.

M. Blanchet a refusé de présumer du contenu d'une entente qui pourrait survenir entre Gaspé et la société Pétrolia à la suite de la décision de la municipalité de bloquer les activités de forage de l'entreprise.

Par contre, le ministre a montré son impatience devant l'état des discussions, qui ont mobilisé trois membres du gouvernement la semaine dernière pour tenter de sortir les parties de l'impasse.

« Je vais changer de niveau de langage : je vais dire aux parties que là, on va arrêter de parler pour parler et on va régler l'affaire dans des délais courts, dans le meilleur intérêt de tout le monde », a-t-il dit.

« C'est-à-dire pour la population de Gaspé, la santé et la sécurité de façon absolument indiscutable et dans l'intérêt de Pétrolia avec des perspectives de développement qui soient tout à fait valables. On n'opposera pas environnement et développement », a-t-il ajouté.

Lors d'un point de presse, qui a suivi la rencontre hebdomadaire du conseil des ministres, M. Blanchet a affirmé qu'il n'y a aucun blocage formel, mais que des détails ralentissent les pourparlers.

Le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, a pour sa part évoqué la complexité et la difficulté du dossier. « On est dans un contexte très fragile, où chacun fait part de ses intérêts et nous, comme gouvernement, c'est de tenter de trouver une solution qui est légale et qui est aussi gagnante sur le plan environnemental et social », a-t-il dit.

M. Lelièvre a affirmé que cela s'explique par le fait qu'il s'agit d'un premier dossier litigieux au Québec impliquant une entreprise pétrolière, une situation qui survient dans un contexte où les lois actuelles sont mal adaptées à ce genre d'activités.

« Oui, c'est long, plus long que prévu, a-t-il dit. Mais c'est très complexe. Ça va relativement bien, mais ce n'est pas facile et ce n'est pas encore réglé. »

La semaine dernière, les deux ministres, ainsi que leur collègue aux Ressources naturelles, Martine Ouellet, ont été mobilisés par ce dossier délicat.

Une porte-parole de Pétrolia a déclaré que l'entreprise ne fera pas de commentaire sur l'avancement des discussions. La municipalité de Gaspé a voté en décembre un règlement pour protéger ses ressources en eau potable contre les activités d'exploration pétrolière.

Constatant cette décision, Pétrolia a suspendu son projet alors qu'elle devait amorcer ses activités d'exploration et le forage du puits Haldimand 4 en début d'année.