Bas-Saint-Laurent : le Centre de traitement de l'assurance-emploi de Rimouski se vide

Rimouski : forte compression du personnel aux bureaux de l'assurance-emploi

Les fonctionnaires du Centre de traitement de l'assurance-emploi à Rimouski sont nombreux à quitter leur poste avant leur transfert obligé de 2014 vers Thetford Mines.

Avant même que la commissaire à l'éthique se prononce sur les apparences ou non de conflit d'intérêts du ministre conservateur Christian Paradis, des dizaines d'employés prennent leur retraite ou postulent pour des emplois dans d'autres régions.

Selon le syndicat qui les représente, les trois quarts des employés auraient déjà quitté leur emploi depuis l'annonce du gouvernement conservateur de transférer leurs emplois à Thetford Mines d'ici le mois de mars 2014. Il s'agit de plus de 60 employés. Parmi eux, la présidente du syndicat local a décidé de prendre sa retraite.

Le vice-président national du Syndicat de l'emploi et de l'immigration, Marc Bellefeuille, constate que beaucoup de ces fonctionnaires ne veulent tout simplement pas déménager à Thetford Mines. Aucun fonctionnaire rimouskois n'a postulé pour cet endroit.

« Certains sont partis à Québec, d'autres à Jonquière ou dans d'autres ministères. Ils ne peuvent pas attendre à la dernière minute non plus. C'est sauve-qui-peut, le bateau coule. » — Marc Bellefeuille, vice-président national du Syndicat de l'emploi et de l'immigration

Pour sa part, le député néo-démocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, demeure confiant qu'il n'y aura pas de transferts. Il attend une décision de la commissaire à l'éthique au plus tard cette année et espère que c'est ce qui fera revenir le gouvernement sur sa décision de déménager à Thetford Mines le centre d'assurance-emploi de Rimouski

« L'implication du ministre Paradis dans la situation va, selon nous, être critique pour le maintien du bureau à Rimouski. » — Guy Caron, député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

Au terme du processus de déménagement en 2014, une quinzaine de fonctionnaires demeureront en poste à Rimouski pour des services de premières lignes.

D'après le reportage d'Harold Michaud

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook