Côte-Nord : l'importante diminution du prix du fer fait craindre une réduction des investissements

Chargement minier Chargement minier

Le recul du prix du fer au cours de l'année a rendu nerveux les dirigeants des grandes entreprises et les politiciens. Après un prix record de 200 dollars la tonne, atteint durant l'hiver 2011, le prix du métal a dégringolé à 87 dollars la tonne en septembre dernier.

Pourtant il y a peu de temps, l'annonce du Plan Nord créait un élan d'optimisme.

Au mois de mars à Sept-Îles, l'ancien Premier ministre Jean Charest avait précisé le rôle de Québec dans un projet de troisième chemin de fer vers le Labrador. Le financement revenait, selon Jean Charest, à la Caisse de dépôts et placements du Québec et au Canadien National.

Exploitation minière Exploitation minière sur la Côte-Nord (Archives)

D'autre part, Ottawa s'est engagé à la hauteur de 55 millions de dollars dans un nouveau quai multi-usagers à Sept-Îles. Au cours de l'été, des promoteurs ont avancé 100 millions pour devenir partenaires.

En septembre, l'extension du réseau de gaz naturel a reçu l'appui de Port-Cartier. Le commissaire industriel, Bernard Gauthier, soutient que la région a le défi d'assurer un approvisionnement en énergie à bas coût aux entreprises qui s'installeront sur la Côte-Nord. Donc au niveau international, dit le commissaire, il nous manque ce petit élément-là pour réussir à faire éclore certains projets dans la deuxième et la troisième transformation.

Labrador Iron Mines Exploitation du fer à Schefferville

Rio Tinto et l'aciériste russe Severstal sont parmi les utilisateurs potentiels. Arcelor Mittal et Cliffs sont également sur les rangs avec leur usine de bouletage. Cette dernière a récemment suspendu son projet d'expansion au lac Bloom.

L'industrie réclame des règles fiscales stables de Québec pour réaliser des investissements de 10 milliards de dollars par an à moyen terme.

Le gouvernement péquiste s'était engagé à tirer davantage de revenus de l'exploitation minière. Avec la diminution du prix du fer, la Première ministre, Pauline Marois, a cru bon de préciser qu'elle serait raisonnable sur la question des redevances.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook