L'heure est au bilan dans l'Est

Témoin de l'événement ? Envoyez-nous vos photos et vidéos.

La grande marée cause des dégâts à Sainte-Luce La grande marée cause des dégâts à Sainte-Luce  Photo :  Harold Michaud

Les grandes marées d'automne ont été magnanimes envers la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent mardi. Les autorités attendaient avec appréhension une marée de même amplitude que celle qui a causé d'importants dégâts tout le long du littoral du Saint-Laurent lundi.

Toutefois, des vents moins violents ont permis de contenir la furie des flots, malgré un niveau d'eau élevé.

Les dommages survenus lundi sont d'une grande ampleur. Plusieurs municipalités rapportent des ravages importants, causés par des vagues de plusieurs mètres. Au total, environ 500 personnes ont dû être évacuées. Une cinquantaine sont toujours dans l'impossibilité de réintégrer leur demeure mardi après-midi. Plusieurs installations portuaires ont aussi été touchées.

Les dégâts

À Sainte-Luce et à Sainte-Flavie, au Bas-Saint-Laurent, les maires des municipalités demandent au gouvernement de déclarer le secteur zone sinistrée. À Sainte-Luce, les dommages sont de 8 à 10 millions de dollars. À Sainte-Flavie, la moitié des résidences situées en bordure du fleuve sont endommagées, certaines très sévèrement. Au moins sept résidences sont une perte totale.

Rimouski demande également qu'une partie de son territoire soit désigné zone sinistrée. Quelque 200 bâtiments ont subi des dommages. Cependant, aucune résidence principale n'est considérée comme inhabitable. Seuls cinq chalets ont subi d'importants bris. Le réseau routier a été touché dans les secteurs de Rocher-Blanc et de Pointe-au-Père. Des travaux d'enrochement sont en cours. Les autorités municipales pensent que les pertes pourraient atteindre le million de dollars. Pour aider les citoyens à nettoyer leur propriété, la Ville organisera dans la zone côtière une cueillette de gros débris jeudi et vendredi. Une autre cueillette, la semaine prochaine, sera annoncée ultérieurement.

À Saint-Ulric, près de Matane, on a dû procéder pendant la nuit à des travaux d'enrochement des berges pour sécuriser l'entrée est du village, qui était fortement menacée. L'enrochement qui était déjà présent a été emporté par la mer, ainsi que près de 8 mètres de terrain et les deux quais qui s'y trouvaient. On a aussi solidifié des poteaux électriques et débarrassé les rues du village de tous les débris qui s'y étaient accumulés.

Le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a d'ailleurs tenu à rassurer les citoyens mardi après-midi.

« C'est un programme régulier maintenant. Dès qu'on a identifié où sont les dégâts des municipalités, on fait l'inventaire de l'ensemble des dégâts et on voit de quelle façon on peut dédommager les gens. On ne peut pas tout dédommager. Dans la loi, il n'est pas prévu que les résidences secondaires soient dédommagées, entre autres. Mais les résidences principales et les biens essentiels sont dédommagés. » — Robert Dutil, ministre de la Sécurité publique

Routes endommagées

Les vagues ont emporté 150 mètres de la route de la Mer à Sainte-Luce. La route 132 a été minée entre Manche-d'Épée et Mont-Saint-Pierre, en Gaspésie. À Mont-Saint-Louis, des élèves ont dû passer la nuit à l'école en raison de la route sectionnée. Plusieurs autres tronçons ont été fermés à la circulation.

Grandes marées à Sainte-Luce Grandes marées à Sainte-Luce

Des travaux ont été exécutés sur la route 132 au cours de la nuit afin de sécuriser certains tronçons. La plupart sont maintenant rouverts. C'est entre autres le cas des tronçons situés entre Carleton et Maria, ainsi qu'entre Sainte-Anne-des-Monts et Sainte-Madeleine-de-la-Rivière-Madeleine.

Par contre, la route 132 demeure fermée à Sainte-Flavie. La circulation est détournée par le chemin Perreault jusqu'à Grand-Métis. La route de la Mer à Sainte-Luce est également fermée. Notons qu'il y a trois secteurs où la circulation se fait en alternance sur la route 132: soit à 1 km à l'ouest de Mont-Louis, entre La Martre et Marsoui et entre la jonction de la route 298 à Sainte-Luce et à Sainte-Flavie.

Des inondations

L'effet combiné de la grande marée, qui a atteint 4,7 mètres vers 14 h 20, et de vents atteignant 80 kilomètres à l'heure a fait déferler des vagues sur les propriétés et les routes situées le long du littoral.

Presque toutes les résidences ont été inondées ou entourées d'eau. De nombreux dégâts ont été causés par les débris charriés par les vagues.

Les municipalités suivantes ont déclenché leur plan d'urgence: Maria, Carleton, Chandler, Gaspé, Sainte-Anne-des-Monts, Cloridorme, Sainte-Flavie, Sainte-Luce et Saint-Ulric.

À Matane, certains secteurs de la ville ont été particulièrement touchés. C'est le cas de la rue de la Grève, à Petit-Matane, ainsi que du secteur de Matane-sur-Mer. Les rues de la Baie et de la Marée, situées à l'embouchure de la rivière, présentent des dommages importants et ont dû être fermées.

Des citoyens ont également été évacués à Rimouski et dans le Kamouraska.

Temps agité pour les voyages

La direction de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout a annulé tous ses départs lundi vers la Côte-Nord en raison des très forts vents.

Ailleurs dans la province, la région de Québec est aux prises avec des chutes de neige accompagnées de forts vents.

Le mauvais temps a aussi touché les Maritimes.

En complément