Accueil > Nouvelles




























Érosion des berges
Attention aux mesures précipitées
Mise à jour le jeudi 21 septembre 2006, 15 h 20 .


(archives)
Le géomorphologue François Morneau affirme qu'entreprendre des actions trop rapides pour résoudre le problème de l'érosion des berges de la Côte-Nord pourrait entraîner les municipalités dans un gouffre financier.

M. Morneau, qui a piloté la vaste étude gouvernementale sur l'érosion des berges de la Côte-Nord, estime que les facteurs d'érosion sont très complexes. Le gouvernement et les municipalités n'ont donc pas intérêt à se précipiter vers des solutions trop faciles, comme l'enrochement, puisque la mer n'est plus la seule responsable de l'érosion. Les dégels plus fréquents sont aussi néfastes pour les falaises argileuses.

« Il faut regarder 25 ans en avant en se disant que le passé n'est pas garant de l'avenir. Et si on fait les bons choix, ça va être une économie pour tout le monde à moyen terme », explique M. Morneau.

Ces conseils ne s'appliquent pas seulement pour la Côte-Nord. L'expert indique que les données recueillies sur la côte gaspésienne, bien qu'encore incomplètes, annoncent des mesures encore plus coûteuses.

Les marées records, prévues pour les 7 et 8 décembre, pourraient donc faire de très gros dégâts si des vents du nord-est soufflaient au même moment.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>