École Anne-Hébert : le partage de locaux avec une école anglophone est une idée

Options pour la surpopulation à l'école Anne-Hébert

Afin de soulager les classes bondées de l'École Anne-Hébert, le secrétaire-trésorier du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF), Sylvain Allison, envisage de partager des locaux avec une école anglophone.

Le CSF veut soulever l'idée auprès de la Commission scolaire de Vancouver (VSB) et en discuter lors de la prochaine réunion de l'association des parents d'élèves de l'école.

« Une proposition intéressante, mais je pense [...] qu'on risque de séparer notre communauté en deux », estime Thibault Mayor, qui a deux enfants à Anne-Hébert.

Sophie Dansereau, une autre parente d'élève, estime qu'un établissement hétérogène peut fonctionner à court terme seulement, car pour « aider nos enfants à bien communiquer, à vivre en français, on doit garder la communauté francophone ensemble ».

« Ce serait une régression dans la progression de la francophonie en Colombie-Britannique. » — Sophie Dansereau, parente d'élève à l'École Anne-Hébert

Idéalement, les parents souhaitent que leurs enfants soient éduqués en français uniquement, sans devoir se retrouver dans un environnement anglophone.

Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet