Épilepsie : manque de médicaments inquiétant au pays

Des boîtes de médicaments vides. Des boîtes de médicaments vides.  Photo :  R. MACKAY PHOTOGRAPHY, LLC

L'Association des pharmacies de la Colombie-Britannique tire la sonnette d'alarme quant à une pénurie grandissante d'acide valproïque, un médicament générique listé comme « essentiel » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre l'épilepsie.

L'acide valproïque, qui permet de contrôler les attaques ou les convulsions chez les épileptiques, fait partie des médicaments « [auxquels] les systèmes de santé à travers le monde devraient permettre l'accès à l'ensemble de la population en vertu de la déclaration de Montréal sur le droit fondamental aux médicaments essentiels », écrit l'OMS sur son site internet.

Cependant, Derek Desrosiers, directeur du département Soutien pratique à l'Association des pharmacies de la Colombie-Britannique, affirme que certaines pharmacies au pays sont en rupture de stock et ne peuvent plus offrir le précieux médicament. « Nous ne sommes pas encore à un niveau très critique, nous espérons avant cela que le produit sera de nouveau dans les pharmacies », a-t-il déclaré.

Facteurs économiques et logistiques

Selon Derek Desrosiers, les pénuries peuvent s'expliquer par plusieurs facteurs :

  • Des problèmes avec la qualité ou la chaîne d'approvisionnement dans les usines de fabrication du produit;
  • Un accident altérant la production, comme le désastre qui a frappé il y a quelques années une usine Sandoz au Québec;
  • Des raisons économiques poussant les provinces à baisser les prix de vente des médicaments pour qu'ils demeurent abordables.

Sur ce dernier point, Derek Desrosiers explique que certaines compagnies pharmaceutiques n'hésitent pas à retirer leurs produits du marché. « Elles nous disent : "désolée, mais je ne peux pas vendre mon médicament à un prix si bas tout en continuant à être compétitive et faire des profits" ».

Éviter de se précipiter en pharmacie

En cas de pénurie, Derek Desrosiers conseille de passer à un autre médicament de la même famille dont la formule est proche, ce qui reste assez difficile pour les épileptiques qui ont peu d'options de rechange.

Il se dit toutefois « confiant » sur le fait que les stocks d'acide valproïque devraient se rééquilibrer bientôt et appelle les patients à ne pas se précipiter en pharmacie pour essayer de constituer leurs propres réserves, ce qui aggraverait le problème. En cas d'inquiétude, il demande aux patients d'en parler avec un pharmacien.

Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet