Vol 182 d'Air India : l'artificier en maison de transition

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Inderjit Singh Reyat Inderjit Singh Reyat à l'extérieur du Palais de justice de Vancouver en septembre 2010.  Photo :  PC/Darryl Dyck

La seule personne jugée coupable dans le dossier des attentats contre Air India en 1985, Inderjit Singh Reyat, a obtenu une libération d'office et résidera en maison de transition.

En  2006, il avait été accusé de parjure pour avoir menti à répétition durant son témoignage à son procès sur les attentats qui avaient tué 331 personnes à bord du vol. La plupart des victimes étaient canadiennes.

Inderjit Singh Reyat a été reconnu coupable en 2010 et avait reçu une peine de neuf ans de prison.

Selon la loi, la plupart des détenus sous responsabilité fédérale sont automatiquement libérés après avoir purgé les deux tiers de leur peine s'ils n'ont pas reçu de libération conditionnelle.

L'accusé doit se soumettre à de nombreuses conditions dans le cadre de sa libération d'office. Il ne doit pas être possession de propagande extrémiste ou de matières permettant de fabriquer des engins explosifs.

Bal Gupta, dont la femme est décédée à bord du vol 182 d'Air India, dit que la libération de Inderjit Singh Reyat est une difficile réalité du système de justice du Canada pour les familles qui ont perdu des êtres chers il y a longtemps.

Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet