Plan d'intervention en cas de déversement : rencontre de planification à Vancouver

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le ministre de l'Environnement Terry Lake

Le ministre de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Terry Lake, rencontre des représentants de l'industrie pétrolière à Vancouver mardi pour discuter du plan d'intervention en matière de déversement de pétrole et de matières dangereuses.

Parmi les 13 groupes, on retrouve des représentants de l'industrie, dont l'Association des producteurs de pétrole (CAPP) et l'Association canadienne de pipelines d'énergie, mais aussi Transports Canada et la garde côtière.

Terry Lake affirme que la province reçoit annuellement environ 3500 avis d'occurrence d'urgence environnementale.

Ces avis vont du simple déversement d'huile près d'une résidence au déversement de pétrole sur la côte, en passant par les renversements de camions-citernes et les déraillements de trains de marchandises.

Le ministre soutient que le temps est venu de revoir les règlements provinciaux afin d'adopter le principe de pollueur-payeur, pour que les contribuables n'aient pas à payer la facture des efforts de nettoyage.

La province songe à plusieurs moyens de s'assurer que les fonds nécessaires soient disponibles en cas d'urgence, dont l'obligation pour l'industrie de contribuer à son budget ou encore la création d'un fonds d'urgence.

Terry Lake note que la province est la porte du Canada vers l'Asie et que, vu l'augmentation inévitable de la quantité de matières premières qui traverseront son territoire, l'adoption d'un plan d'intervention en cas de déversement est devenue incontournable.

En complément

  • colombie‑britannique–yukon
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine, mais des projets d'oléoducs actuellement en cours rencontrent de l'opposition.