Réductions des services d'autocar dans le nord : à l'encontre du rapport Oppal

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Greyhound  Photo :  Nam Y. Huh / AP

Selon le maire de Smithers, Taylor Bachrach, les réductions de service prévues par la compagnie d'autocar Greyhound dans le nord de la Colombie-Britannique vont à l'encontre des recommandations faites dans le rapport de la Commission sur les femmes disparues.

Le maire Bachrach souligne que la province pourrait être obligée d'assurer des services de transports de base dans cette région.

Jeudi, Greyhound Canada a annoncé qu'elle allait réduire la fréquence de son service sur 15 trajets de la province.

Entre autres, le nombre de trajets sur la route 16 entre Prince Rupert et Prince George sera réduit de 40 %.

À l'encontre du rapport Oppal

Dans son rapport sur les femmes disparues, le Commissaire Wally Oppal a entre autres conseillé au gouvernement provincial de mettre en place des transports en commun sécuritaires pour les communautés du nord, en particulier le long de la route 16.

Entre 1969 et 2006, au moins 18 femmes ont été tuées ou sont disparues, présumément alors qu'elles faisaient de l'autostop, le long de la route 16, aussi nommée la route des larmes.

Le maire de Smithers affirme que les citoyens du nord de la province ont besoin de plus et non de moins de services d'autocar et qu'il est du devoir du gouvernement provincial de répondre à ce besoin.

« Quand vous circulez sur cette route en voiture, les autostoppeurs sont nombreux », note-t-il. « Il est évident qu'il y a un besoin pour plus de transports routiers entre les communautés. »

« Je crois que c'est aux gouvernements municipaux et provincial de trouver une solution », a ajouté Taylor Barchrach.

Il note qu'un service d'autocar n'est pas un luxe et il espère que la question deviendra un enjeu électoral.

La province n'interviendra pas

Plus tôt, la ministre des Transports de la Colombie-Britannique a affirmé qu'elle ne s'ingérera pas dans la décision du bureau provincial des transports passagers qui a autorisé Greyhound à réduire son offre de service dans la province.

Mary Polak a expliqué que si la compagnie de transport par autobus n'avait pas obtenu l'autorisation demandée, elle aurait pu simplement décider de fermer boutique en Colombie-Britannique.

La ministre a souligné que 75 % des trajets offerts par Greyhound dans la province seront maintenus.

Mary Polak a également souligné que le vide laissé par les réductions de services de Greyhound pourrait être comblé par des compagnies régionales.

Entre autres, la compagnie d'autocar Tofino Bus Service de l'île de Vancouver a déposé une demande pour offrir un service de transport sur plusieurs des liens routiers qu'abandonne Greyhound.

Le propriétaire de Tofino Bus Service, Dylan Green, a bon espoir qu'il obtiendra le permis demandé.

Il note que son entreprise est avantagée par rapport à Greyhound, car elle a accès à des garages locaux pour la réparation de ses véhicules et à des autocars de taille réduite pour les périodes où il y a moins de passagers.

Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet

Facebook