Accueil > Nouvelles































Les immigrantes francophones s'entraident au Nouveau-Brunswick
Mise à jour le jeudi 4 août 2005, 15 h 45 .


Famille
Jean-Norbert Datro-Kouamba et Marie-Claude Ogbami
La famille Datro-Kouamba a littéralement un pied en Afrique et un autre en Acadie. Lorsqu'ils ont émigré au Canada, Marie-Claude Ogbami et Jean-Norbert Datro-Kouamba ont dû laisser 6 de leurs 11 enfants au Cameroun.

« Parfois, je suis très ennuyée. Je n'avais pas envie de rester ici. Je dis souvent à mon mari que je regrette beaucoup les enfants que j'ai laissés là-bas », a indiqué Mme Ogbami.

Pour aider les femmes immigrantes au Nouveau-Brunswick, Florence Agbli-Bourgeois et d'autres nouvelles arrivantes ont créé une association.

« En tant qu'immigrante moi-même, je veux pouvoir partager comment j'ai fait pour m'intégrer, pour réussir dans la société. Je veux partager ça avec eux. Je veux les aider à trouver la bonne direction aussi », a expliqué Mme Agbli-Bourgeois.

Par exemple, quand elles ont appris que les moisissures envahissaient les murs de l'appartement de la famille Datro-Kouamba, les membres du regroupement sont passées aux actes. Leur intervention a poussé les autorités de l'immigration à reloger la famille.

« Ça m'a fait beaucoup de bien. Toute la journée, je suis très contente. Je voulais même appeler ma présidente pour la remercier », a souligné Marie-Claude Ogbami.

Florence Agbli-Bourgeois
Florence Agbli-Bourgeois
La création du nouveau groupe révèle aussi une insatisfaction face à l'Association multiculturelle du Grand Moncton (MAGMA), qui vient déjà en aide aux immigrants. « Ce n'est pas parce que MAGMA fait un mauvais travail, du tout, mais peut-être que MAGMA ne connaît pas le problème, les besoins réels des femmes immigrantes », a indiqué Mme Agbli-Bourgeois.

L'objectif ultime du regroupement est d'encourager les immigrants à demeurer au Nouveau-Brunswick. « Je connais beaucoup de gens qui sont déjà partis. Ça me fait de la peine parce que je perds des amis. Puis aussi, je sais que c'est parce qu'il manque quelque chose qui pourrait être la structure d'accueil », a ajouté Mme Agbli-Bourgeois.

Jean-Norbert Datro-Kouamba est un ingénieur hydrologue. Il cherche du travail au Nouveau-Brunswick depuis quatre mois, sans succès. « Moi, je veux rester ici. Je veux qu'on m'aide à trouver du boulot », a-t-il signalé.

M. Datro-Kouamba se rend à Québec ces jours-ci pour tenter de faire reconnaître ses compétences. Il suffirait de peu de choses pour que lui et sa famille quittent aussi l'Acadie.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.